RMC Sport

Riner, le retour du héros

Teddy Riner

Teddy Riner - -

Deux jours après son sacre aux JO de Londres, le judoka a été accueilli comme une rock-star ce dimanche à la Gare du Nord de Paris. Visiblement ému, le Guadeloupéen s’est montré souriant et disponible avec les centaines de personnes venues l’acclamer.

Il déploie ses 2m04 pour sortir du wagon. Tee-shirt blanc, jean noir et basket larges, il se dresse, tout sourire, face à la Gare du Nord. Et brandit sa médaille d’or dans le ciel de Paris. Massés sur le quai, les centaines de supporters venus l’accueillir exultent. Des « Teddy, Teddy !» s’élèvent au-dessus de la voie ferrée. Les flashs crépitent. Les portables s’entrechoquent. L’horloge vient d’indiquer 16h. Avec un léger retard, le roi Riner est de retour au pays. Dès sa descente du train, il est enlacé par ses parents et certains membres de sa famille. Tout le monde veut approcher le colosse. Afin de maîtriser la cohue, les policiers improvisent un cordon de sécurité. Souriant et détendu, le champion olympique des poids lourds enchaine les poignées de mains et les accolades. Même les journalistes présents lui réclament des photos.

Visiblement ému, il savoure cet accueil digne d’une rock-star. Lorsqu’on lui demande de toucher sa médaille, le judoka tend son Graal sans hésiter. Dans l’euphorie, il met plus de 5 minutes à rejoindre l’ascenseur situé à une trentaine de mètres de son train. « Je ne m’attendais pas à un tel accueil, assure Riner sur BFM TV. Ça me fait super plaisir. J’ai l’impression d’être comme l’équipe de France 1998 en train de remonter les Champs-Elysées. Je suis très content. J’ai envie de savourer cette médaille. Je l’ai déjà fêtée à Londres. J’ai maintenant envie de le faire à Paris avec mes proches et ma famille. Ça a été quatre ans de dur labeur donc je vais vraiment fêter ça bien comme il faut ».

Riner : « Objectif plage et vacances »

Après quelques rendez-vous médiatiques, le quintuple champion du monde a rendez-vous à Levallois (Hauts-de-Seine) pour une soirée privée organisée par ses parents. Dans deux jours, il retournera à Londres afin de profiter du village olympique et de la fin des Jeux. Il bouclera ensuite ses valises pour plusieurs semaines de repos. « Il va y avoir une grosse coupure, au minimum de trois mois, explique-t-il. Maintenant, c’est objectif plage et vacances. Je ne vais penser à rien. Quatre ans, c’est long. Il faut couper, souffler et reprendre ses esprits. Histoire de mieux repartir pour la suite ».

Alexandre Jaquin avec C.G. et R.P.