RMC Sport

Riner reprend l’entrainement avec les JO 2020 dans le viseur... et quelques kilos en trop

Après un an loin des tatamis, Teddy Riner a repris publiquement l’entrainement ce mardi. Avec un seul objectif en tête: l’or à Tokyo, aux JO 2020.

Le patron est de retour. Après une grosse coupure d’environ un an, Teddy Riner a refoulé publiquement les tatamis ce mardi, et repris l’entrainement avec un objectif déjà clamé haut et fort: la médaille d’or aux JO de Tokyo, en 2020.

"Cette coupure m’a fait du bien mentalement, elle m’a permis de régler les pépins, d’y voir plus clair aussi sur mes objectifs de saison, a-t-il expliqué. Clairement, si je reviens aujourd’hui, c’est parce que j’ai envie d’aller chercher cette troisième médaille d’or à Tokyo. Si j’y vais, et si je reprends, c’est parce que j’en ai le potentiel. Je vais mettre les bouchées doubles. […] Si je la gagne, je serai le seul dans mon sport à détenir quatre médailles olympiques, dont trois d’or."

Quinze de plus que son poids de forme

Pour cela, il va falloir au colosse retrouver le rythme, et perdre au passage… quelques kilos. Après une année sans compétition, Riner a atteint un poids d’environ 160 kilos. Soit quinze de plus que son poids de forme. "Il en a 15 à perdre mais tout est proportionnel. Quand j’en perds deux, il en perd cinq", relativise toutefois Laurent Calleja, entraineur fédéral. Et Teddy Riner est coutumier de l'exercice "régime", à chaque reprise.

Une fois le champion affûté, viendra l’heure des premiers affrontements. "Quand j’aurai retrouvé mon poids de forme et mes sensations, je ferai je pense entre quatre et cinq compétitions avant les championnats du monde", a expliqué Riner. Des championnats du monde (fin août) auxquels il ne devrait pas participer, pour ne pas dévoiler ses plans à ses adversaires, et pour lesquels sa motivation n’est pas énorme après dix victoires dans la compétition.

Riner y fera toutefois une apparition dans l'épreuve collective "pour rendre service à la France". En attendant, il reprendra la compétition le 8 mars lors du Grand Prix de Marrakech.

Clément Chaillou avec Baptiste Barbat