RMC Sport

Agnel a bluffé son monde

Yannick Agnel

Yannick Agnel - -

Alors que les épreuves de natation s’achèvent ce samedi soir, Yannick Agnel aura été l’un des grands bonhommes de ce millésime 2012. Avec trois médailles, dont deux titres olympiques, le Niçois a impressionné la planète chlorée.

« Vous savez si Camille Muffat et Yannick Agnel sont ensemble ? » Quand un journaliste slovène s’approche et vous interroge sur le nouveau couple star de la natation française, vous devinez qu’il se passe quelque chose du côté de la piscine olympique de Londres. Les deux Niçois ne sont bien évidemment pas en couple. Simplement compères de galère d’entraînement. Et de joie, quand il s’agit d’empiler les médailles olympiques. Durant ces Jeux, tous les regards se sont tournés vers le groupe de Fabrice Pellerin. Et pas n’importe lesquels : « Ils ont magnifiquement bien nagé, observe Bob Bowman, entraîneur de Michael Phelps. J’aime aller encourager les nageurs et les féliciter quand ils font de si belles choses. »

Bowman fait partie de ses techniciens capables de reconnaitre leur défaite. A l’image de tout le clan américain admiratif devant les performances de ces Bleus. « Les Français ont fait de très belles choses. Je ne suis pas surpris de voir Agnel à un tel niveau », ajoute même Gregg Troy, entraîneur de Ryan Lochte. Des propos qui vont droit au cœur du technicien en chef niçois. « Les leçons qu’on apprend aux Jeux ne sont pas que dans l’eau, glisse Fabrice Pellerin. Les Américains sont très touchants, très inspirants parce qu’ils sont dans le fair-play. Après leur défaite, il y a une dizaine de coachs qui sont venus nous féliciter. Chapeau. Ils sont beaux dans l’eau. Mais également avant et après. Le nageur repart avec une belle médaille. L’entraîneur avec quelques poignées de main de ses pairs. Ça vaut de l’or aussi. »

Phelps l’encense

Dans les travées de l’Aquatics center, on reste émerveillé devant une telle réussite. « Techniquement, il est magnifique, observe Massimiliano Rosolino, médaillé d’or sur 200m 4 nages à Sydney (2000). Il a petit à petit rattrapé son retard sur des garçons comme Lochte ou Phelps. Tout le monde savait qu’il pouvait progresser. Mais pas aussi rapidement. » Mark Foster reprend écho : « Il est brillant. Fantastique. Quand il nage comme ça, il est imbattable », s’émerveille l’ ancien recordman du monde du 50m. Quant à l’Australien Grant Hackett, triple médaillé d’or (1500m en 2000 et 2004, et 4x200m en 2000), il ne mâche pas ses mots : « Il est absolument phénoménal. Il est en feu », sourit-il. Mais le plus beau compliment est sans doute venu de Michael Phelps, plus grand médaillé de l’histoire et qui l’a félicité. « Ça été incroyable et je lui ai dit que sa finale du 200m, c’est parmi les cinq plus grandes courses de tous les temps. J’ai pris un plaisir à le regarder et je lui ai dit que j’étais ravi de ne pas être dans cette même course parce que je n’aurais pas survécu. »

Totalement absent des gazettes anglaises, Yannick Agnel est resté une attraction auprès des médias américains. Ils n’avaient d’ailleurs pas dissimulé leur déception quand le Niçois, ainsi que ses compères du 4x100m, avaient zappé la conférence de presse, eux qui souhaitaient les abreuver de questions. Car le « Nice people » est devenu un objet de curiosité que l’on n’a pas fini de scruter.

Pierrick Taisne avec J.Ri à Londres