RMC Sport

Agnel : « J’étais vraiment sur le fil du rasoir »

Yannick Agnel

Yannick Agnel - -

Double médaillé d’or lors des Mondiaux de Barcelone (200m et 4x100m), Yannick Agnel était l’invité de l’Intégrale Sport, lundi sur RMC. Le Nîmois (21 ans) revient sur ses performances et fait le point sur ses ambitions futures.

La médaille d’or sur 200m

« Ce n’était absolument pas gagné, je suis allé la chercher au mental, avec le boulot que j’ai pu faire des années auparavant. C’était plutôt sympa comme course. Mais il y a quelques semaines, j’étais vraiment sur le fil du rasoir, à la limite de me dire : "Est-ce que j’arrête ou pas ?" Donc je suis plutôt ravi de la manière dont ça a pu se passer. »

Le titre sur 4x100m

« Il a une saveur particulière parce que, quand on est dans le relais, on le vit quatre fois plus intensément. On est là, avec nos amis et nos potes. J’avoue que quand j’ai touché le mur et que je me suis rendu derrière le plot, j’ai tellement crié que j’ai fait une deuxième course. Je n’en pouvais plus, j’étais vraiment à bout ! C’est ce qui fait la force de notre équipe, on s’entend tous bien. On est tous potes, il y a une super ambiance et ça aide vraiment à la performance. Les anciens sont là pour rassurer les plus jeunes. Il y a vraie cohésion et une sacrée émulation. »

Les hésitations sur sa participation aux championnats du monde

« Une fois à Baltimore, je me suis senti tellement bien dans l’eau et dans ma tête que je me suis dit que c’était vraiment dommage de ne pas jouer une carte, peu importe laquelle. C’était un bonus, un challenge, donc je me suis dit : " Autant y aller à la cool, en prenant du plaisir, mais avoir une carte à jouer et le plaisir retrouvé d’être avec les potes au bord du bassin." C’est encore mieux que ce que j’imaginais au départ. »

L’ambiance dans le clan français

« C’était assez bizarre ce matin (lundi) parce qu’on va se retrouver dans très peu de temps, mais il y a toujours quelque chose qui s’arrête. Ce qui s’est passé à Barcelone reste à Barcelone. Il y a eu des moments fabuleux et magiques qu’on a vécus tous ensemble. J’espère qu’on pourra en vivre plein d’autres ensemble. La nuit ? Elle a été agitée car on a célébré ça. »

La confirmation des Jeux Olympiques

« J’ai toujours pris du recul sur les choses et cette année j’étais à 150% au niveau du mental. J’étais vraiment bien dans ma peau, soulagé. Et ça m’a permis d’effectuer quelque chose de plutôt sympathique. »

Les championnats d’Europe 2014 comme objectif

« Ce serait sympa d’avoir un petit titre sur 200m. Faire champion olympique, du monde et d’Europe, ça pourrait être cool ! Je l’ai déjà sur 400m, je vais essayer de le glaner sur 200m. »

La page niçoise définitivement tournée ?

« Pour moi, elle est tournée. Je trouve que c’est dommage car des départs pour voir d’autres entraîneurs ou d’autres pays, ça arrive partout, y compris des nageurs américains qui vont dans d’autres pays. J’ai dit que j’étais là avant tout pour le plaisir, à la cool. Et franchement, tout est cool. Pour moi, c’est un chapitre qui est clos. Je suis résolument tournée vers l’avenir pour de nouvelles performances, une nouvelle vie et de nouvelles expériences de la compétition. On verra comment ça va se passer. »

La tentation du 100m

« C’est une chose de le dire mais c’est une autre chose de le faire. Il va falloir beaucoup s’entraîner. »

A lire aussi :

>> Mondiaux : la France toujours sur le haut de la vague

>> Agnel : « Un plaisir retrouvé dans l’eau »

>> Agnel, roi du monde « à la cool »

Le titre de l'encadré ici

Pas de repos pour Agnel |||

A peine séché, Yannick Agnel replonge déjà pour de nouvelles aventures. Double médaillé d’or la semaine passée à Barcelone (200m, 4x100m), le Nîmois ne prend pas de repos. De passage à Paris ce lundi, il repart dès ce mardi pour participer à la manche de Coupe du monde d’Eindhoven, avant d’enchaîner avec celle de Berlin, dimanche et lundi prochain. « Ça va être bien sympathique je pense. J’ai un programme assez fourni. Sur la première étape j’ai 50m, 100m, 200m, 400m, 200m dos. Et sur la deuxième un truc du style 200m papillon, 200m dos, 100m 4 nages, 200m, peut-être un 50m par-ci par-là. Ça va être bien funky. Ça va être le premier 200m papillon de toute ma carrière, donc si vous êtes là, vous allez vous marrer je pense. Surtout pas de caméra ! » Après ces quelques réjouissances, le double champion olympique reviendra à Paris. Mais cette fois-ci, pas question d’enfiler un maillot de bain. Au programme : une visite de la capitale en compagnie de Conor Dwyer, son partenaire d’entraînement à Baltimore.

Propos recueillis par RMC Sport