RMC Sport

Auguin : « On ne sort pas indemne d'une telle course »

Alain Bernard

Alain Bernard - -

Auteur d’un relais médiocre qui a coûté l’or au 4X100 m NL lundi, Alain Bernard doit maintenant se concentrer sur son 100 m individuel. « Nous sommes à la fois confiant et soucieux », glisse son entraîneur juste avant les séries de jeudi.

Denis Auguin, comment va Alain Bernard ?
Il va bien. On a bien et longuement discuté mardi. On a fait du décrassage mardi et hier matin nous avons essayé de replacer quelques petits trucs qui ont été défaillants lundi soir à l'occasion du relais. Nous sommes à la fois confiants et soucieux. On ne peut pas évacuer cela comme s'il ne s'était rien passé, mais nous sommes concentrés. Nous essayons d'avancer tranquillement.

Avez-vous trouvé des explications à ce qu'il s'est passé ?
Il a bien entendu fallu débriefer la course dans son approche et techniquement. Il a fallu aborder plusieurs sujets. Maintenant, ce que je lui ai dit n'appartient qu'à lui. Mais ce qu'il me prouvait à l'entraînement, ce qu'il fait depuis plusieurs mois me prouvent qu'il reste un excellent nageur de 100 m. Il n'y a aucune raison que cela ne se passe pas bien.

« Alain ne baisse pas les bras »

A-t-il été touché psychologiquement ?
On ne sort pas indemne d'une telle course. Tout comme il n'était pas sorti indemne du relais des Jeux (ndlr : la France termine deuxième, notamment après que Bernard se soit fait reprendre par Jason Lezak dans le dernier relais). Je crois qu'il a vraiment envie de corriger le tir. Il est concentré là-dessus. Il faudra faire une bonne série pour remettre les choses en place.

En termes de remobilisation, peut-on comparer ce qu'il a fait à l'époque avec ce qu'il a fait aujourd'hui ?
C'est à peu près le même cas de figure. Même si aux Jeux, il avait quand même nagé assez vite. Ce qui n'a pas été le cas lundi. Tout cela ajoute un peu plus pour se remobiliser et croire en ses chances. J'ai en tout cas senti un garçon déterminé et qui ne baisse pas les bras.

Pierrick Taisne et Julien Richard, à Budapest