RMC Sport

Bernard : « Je suis frustré »

Alain Bernard en compagnie de son entraîneur, Denis Auguin

Alain Bernard en compagnie de son entraîneur, Denis Auguin - -

Alain Bernard est de retour. Après sa désillusion des championnats de France et sa non qualification pour les compétitions individuelles des championnats du monde, le pensionnaire d’Antibes replonge à l’Open EDF (24 et 25 juin) avec un esprit revanchard.

Alain Bernard, avez-vous digéré les championnats de France où vous ne vous êtes pas qualifié en individuel pour les Mondiaux de Shanghai de fin juillet ?

J’ai digéré assez rapidement. J’ai un esprit assez revanchard. Cet esprit de compétition qui m’anime tous les jours pour me surpasser et aller m’entraîner. Quand on se donne autant de mal avec autant de sacrifices, on n’attend qu’une chose, c’est être récompensé. J’ai le sentiment de ne pas avoir été récompensé de mon travail. Je suis frustré par rapport à l’intensité de travail et aux sacrifices réalisés cette saison.

Comment se remet-on debout ?

J’ai un peu encaissé intérieurement grâce à l’aide de mon entourage. On a fait le bilan avec Denis (Auguin, son entraîneur). Il en ressort que je suis arrivé avec un peu de tension. Denis a une part très importante. Le reste du groupe d’Antibes également. Il y a beaucoup de choses qui me permettent de relativiser. On culpabilise, mais les gens qui nous entourent nous aident à avancer. Il faut être bien dans sa tête et être en paix avec soi-même plutôt que de vouloir tel temps et de se renfermer sur soi.

Le mental est-il important pour vous ?

La tête est très importante pour les sportifs. Je me suis rendu compte du rôle primordial de mon entourage. On se sent de moins en moins seuls à l’entraînement quand on se sent si bien soutenu. Je ne les remercierai jamais assez.

En tout cas, ce 100m de l’Open EDF (24 et 25 juin) aura une saveur particulière…

A chaque fois que je plonge, j’essaye de donner le meilleur de moi-même. Je reste sur un dernier 100m mitigé. Ça sera un 100m certainement très tendu et qui commencera avec beaucoup de concurrence dès les séries.

Le titre de l'encadré ici

Quand Bernard conseille Agnel|||

Yannick Agnel s’interroge toujours quant à son programme des Mondiaux de Shanghai. Qualifié avec le relai 4x100m, sur 200m et 400m, le Niçois envisageait de faire l’impasse sur le relais pour cause de programme trop chargé avec une concentration de toutes ses épreuves les deux premiers jours. Une décision par forcément comprise de tous. « Je comptais voir Yannick pour lui en toucher deux mots, notait Alain Bernard, son coéquipier du relais. Je ne pense pas que cela soit une bonne décision. Je ne pense pas qu’il ira plus vite sur le 400m s’il fait l’impasse sur le relais. Mais je ne me permets pas de juger. C’est lui qui est maître de ses décisions et qui ressent le besoin d’être champion du monde en relais ou pas. Je lui conseille juste de bien réfléchir car il est jeune et à un rôle important dans ce relais. Ça me paraît un peu aberrant de vouloir faire l’impasse. C’est bête de ne pas aller au bout. Surtout pour ceux qui sont restés sur le carreau. »