RMC Sport

Bousquet : « Les Américains seront durs à battre »

Frédéric Bousquet

Frédéric Bousquet - -

Frédérick Bousquet était le témoin privilégié de l’entrainement des nageurs américains à Vichy. Invité de Before London sur RMC ce lundi, il a fait un point sur l’état de forme de cette équipe, ainsi que sur celui des Bleus, avec qui il reste proche.

Frédéric, pourquoi êtes-vous allé voir les nageurs américains à Vichy ?

C’était simplement une visite de courtoisie. Le président du CNOSF Denis Masseglia m’a proposé de l’accompagner car il se déplaçait pour les rencontrer et les saluer. Cela a été également pour moi l’occasion de découvrir le nouveau complexe aquatique de Vichy, qui a été rénové il y a quelques années et qui est tout simplement magnifique. J’ai enfin pu voir quelques anciens co-équipiers du club d’Auburn avec qui je me suis entrainé toute l’année, et j’ai ainsi pu prendre la température. Non pas que je voulais les espionner, mais je voulais voir comment ils allaient, leur attitude, et où ils en étaient.

Pouvez-vous nous rassurer en nous disant qu’ils sont en méforme totale ?

J’aimerais bien le faire, malheureusement ils ont été égaux à eux-mêmes, très relax, très détendus. Je dirais que Michael Phelps était à la limite le plus tendu de tous, mais c’est un bien grand mot. Tous les autres avaient vraiment le sourire, et semblaient heureux d’être à Vichy. L’ambiance est très « bon enfant ».

Michael Phelps va-t-il encore tout gagner ?

Pour Phelps je ne sais pas. Après il est certain que cette équipe va être dure à battre une nouvelle fois.

Donnez-nous des nouvelles des nageurs français…

Laure (Manaudou, son amie, nldr), déjà, a vu sa fille, et c’est dur de lui enlever le sourire quand elle est avec elle. Après, des quelques autres nageurs que j’ai pu croiser, tout le monde est content de partir demain à Londres. Ils sont impatients d’arriver dans le village et de retrouver l’ambiance de la compétition.

Vous nous assurez donc que Laure Manaudou a évacué la déception de l’Open EDF…

C’était plus de la frustration que de la déception. Aujourd’hui, elle est motivée, bien plus que ce que j’ai pu voir tout au long de l’année, et même un peu plus qu’aux championnats de France. Elle est également déterminée. Elle se dit qu’elle n’a finalement pas grand-chose à perdre, que son objectif principal a été rempli lors des sélections à Dunkerque, et qu’elle y va pour profiter et prendre du plaisir à passer le plus de tours possibles.