RMC Sport

Ensemble, c’est fou !

Camille Lacourt et Jérémy Stravius sont tous les deux champions du monde de... la même épreuve. Historique.

Camille Lacourt et Jérémy Stravius sont tous les deux champions du monde de... la même épreuve. Historique. - -

La natation française n’avait jamais accroché de titre mondial chez les hommes. Elle en a désormais deux obtenus sur la même course ! Un scénario extraordinaire dont Camille Lacourt et Jérémy Stravius sont les héros. Retour sur un moment d’histoire du sport tricolore.

Il a d’abord vu son nom à côté du chiffre « 1 ». Puis Camille Lacourt a laissé éclater son bonheur. Avant de se tourner vers la ligne d’eau voisine, celle de son pote Jérémy Stravius, et de réaliser. « Je vois que Jérémy saute de joie aussi, raconte le beau gosse de la natation tricolore. Je regarde sa place et je vois qu’on est premiers ex aequo. C’est le meilleur scénario qui pouvait nous arriver. Je suis doublement heureux, pour moi et pour lui. » Et Stravius d’enchaîner : « C’est extraordinaire, incroyable. Je n’en reviens pas… A la fin, je pensais être battu mais je vois deux numéros 1 et deux drapeaux français qui s’agitent. Le sort a voulu qu’on soit tous les deux champions du monde, c’est vraiment extraordinaire. » Le mot reviendra dans la bouche de toute la délégation française. Et il y a de quoi.

Cinq fois titrée chez les femmes (merci Laure…), la natation française a enfin un champion du monde masculin. Et même deux. Improbable, le scénario a pris forme. En retard à mi-course, encore derrière aux 75 mètres, Jérémy Stravius a tout lâché pour venir toucher dans le même temps (52’’76) que Camille Lacourt. Deux titres au lieu d’un. Pour deux nageurs du même pays. Une anomalie de l’histoire en forme de plaisir infini. « Ça ne s’est jamais vu, en natation comme dans les autres sports, s’enflamme Christian Donzé, le DTN. Et j’ai une bonne mémoire ! » Les Américains Anthony Ervin et Gary Hall Jr, tous deux champions olympiques du 50 m nage libre à Sydney, en 2000, dans la même configuration, ne vont pas apprécier l’oubli. Mais la chose reste inédite aux Mondiaux. Seuls le Canadien Brent Hayden et l’Italien Filippo Magnini avaient déjà partagé un titre aux championnats du monde lors du 100 m NL à Melbourne en 2007.

Barnier : « Merci à Camille et à Jérémy pour ce moment »

« C’est une des très belles histoires du sport, lance Romain Barnier, l’entraîneur de Lacourt. Merci à Camille et à Jérémy pour nous avoir fait vivre ce moment absolument extraordinaire pour tout notre collectif de nageurs et d’entraîneurs. » Comme un symbole, Barnier a assisté à la finale aux côtés de Christian Donzé et, surtout, de Michel Chrétien, l’entraîneur de Stravius. « On a partagé un moment d’émotion ensemble, raconte ce dernier. Si j’avais été seul, je l’aurais gardé pour moi mais là on s’est libérés. C’était énorme. Je ne sais plus si j’ai pleuré mais je ne devais pas être loin. »

Barnier en a encore des frissons : « On s’est dit plein de choses qui n’avaient pas vraiment de sens mais qui étaient juste bourrées d’émotion et de plaisir partagé. C’est tout ce dont j’ai rêvé depuis que je fais du sport. Ce sont deux athlètes qui s’apprécient, c’était un scénario inimaginable et c’est tellement meilleur quand c’est comme ça. Ce moment si fort va rester longtemps dans ma mémoire » Enlacés dans le bassin, côte-à-côte sur un podium où deux drapeaux tricolores étaient montés à la même hauteur, Camille et Jérémy garderont à vie le souvenir de ce mardi 26 juillet 2011. Nous aussi.