RMC Sport

Gilot : « Je reviendrai plus fort »

Fabien Gilot

Fabien Gilot - -

En quête d’une médaille, Fabien Gilot a dû se contenter de la septième place de la finale mondiale du 100m, jeudi à Barcelone. Mais loin de se décourager, le Marseillais de 29 ans estime avoir acquis des certitudes pour l’avenir.

Fabien, comment vivez-vous cette septième place ?

Je suis déçu de ne pas faire de podium parce que je sais que je suis capable de nager en moins de 48 secondes (l’Américain Nathan Adrian a pris la 3e place en 47’’84, ndlr). J’ai fait une erreur, c’est de ralentir un peu sur le deuxième 25 pour en garder sous le pied pour les derniers mètres. C’est probablement ce qui fait que j’ai nagé moins vite que ce que j’attendais (48’’33, ndlr). C’est une énorme déception mais ce n’est pas grave. Je vais trouver les clés qui vont me permettre d’aller vite. Je vais me remettre au boulot et je reviendrai plus fort l’année prochaine.

A 29 ans, ces Mondiaux semblent vous avoir ragaillardi....

Il y a un pistard français qui vient d’être champion du monde à 28 ans (François Pervis, sacré sur l’épreuve du kilomètre à Minsk en février dernier, ndlr). Marion Bartoli a gagné son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon et elle a également 29 ans (elle les aura en octobre, ndlr). Je me rappelle aussi du nageur américain Jason Lezak qui a fait ses derniers podiums aux JO de Pékin en 2008, à 30 ans passés. Si tu fais attention à ton hygiène de vie, avoir 30 ans n’est pas un problème pour être performant.

James Magnussen fait un beau champion du monde…

Oui, c’est certain. On s’apprécie tous et on a beaucoup de respect les uns pour les autres. J’aime bien les Australiens, ce sont des bons vivants, des mecs sympas, donc bravo à James. L’année dernière à Londres, il a raté le titre olympique pour un centième (derrière l’Américain Nathan Adrian, ndlr). Là, il regagne son titre et je suis content pour lui.

A lire aussi :

>> Magnussen reste le patron

>> Horter : « Des performances individuelles énormes »

>> La France en bronze sur 4x200m

Propos recueillis par François Giuseppi, à Barcelone