RMC Sport

Gilot : « La semaine ne fait que commencer »

Fabien Gilot

Fabien Gilot - -

Sourire rageur, poing serré, Fabien Gilot a savouré la médaille d’or du relais 4x100 m, quatre ans après avoir échoué sur le fil à Pékin. Pour le nageur marseillais, ce succès en appelle déjà d’autres.

Fabien, voilà enfin le relais masculin en or ?

Oui, enfin ! On ne nous a pas fait de cadeaux ces dernières années. On a souvent été deuxièmes à pas grand-chose. On a travaillé, on s’est accroché. Les relayeurs changent et sont toujours là. On gagne la plus belle des médailles et ça, on ne pourra jamais nous le retirer.

Cerise sur le gâteau, vous finissez devant les Américains et les Australiens !

Oui, cela ajoute un piment supplémentaire. Il y a quatre ans, elle a été difficile à avaler. On est là à chaque fois. On le fait voir. On est récompensé en gagnant la plus belle aujourd’hui.

Oui, cela ajoute un piment supplémentaire. Il y a quatre ans, elle a été difficile à avaler. On est là à chaque fois. On le fait voir. On est récompensé en gagnant la plus belle aujourd’hui.

Mais c’est une famille, le 4x100 m… Il a une longue histoire. Les relais français ont une longue histoire. C’est une course magique, le relais. Tu ne nages pas pour toi, tu partages avec trois autres et même encore plus avec tes collègues d’entraînement. C’est quelque chose qui restera gravé à jamais. Ce sont des moments particuliers.

En finissant devant les Américains, la victoire est encore plus belle, non ?

Pour gagner, il faut battre tout le monde. Que ce soit les Etats-Unis, l’Australie ou la Russie, il n’y avait que des grosses nations ce soir. C’est une belle victoire au finish. La semaine ne fait que commencer, il faut continuer comme ça.

Pas trop le temps de fêter cette victoire au village olympique ?

On ne fêtera rien du tout ce soir. On fêtera ça samedi soir, à la fin de la semaine.

Propos recueillis par Pierrick Taisne, à Londres