RMC Sport

Karabatic, l’icône écornée

Nikola Karabatic

Nikola Karabatic - -

Au cœur de la tempête qui secoue Montpellier et plus largement le handball français, Nikola Karabatic pourrait pâtir plus encore que ses co-équipiers de l’affaire des paris suspects. C’est l’icône de tout un sport qui est en péril.

Nikola Karabatic est au handball ce que Zinedine Zidane est au football, Tony Parker au basket ou Sébastien Chabal au rugby. Un joueur qui par son seul nom attire les regards, l’admiration et inspire le respect à ses adversaires. Dans un sport rendu médiatique par les exploits de l’équipe de France aux Jeux Olympiques de 2008 et 2012, ainsi que l’épopée des Barjots dans les années 90, Karabatic fut le premier à voir sa côte de popularité égaler, voire dépasser celle des autres figures du sport tricolore issues de disciplines plus exposées comme le football ou le rugby.

Daniel Costantini, ancien sélectionneur de l’équipe de France et membre de la Dream Team RMC Sport, est conscient de l’impact que peut avoir l’implication du demi-centre de Montpellier dans une affaire de tricherie : « Quand on touche à Karabatic, on touche à l’ensemble du handball car c’est l’icône que nous nous étions choisie. Le handball, à travers cette sombre histoire, risque de perdre de son invulnérabilité. »

Déjà les premières conséquences

Tant que l’affaire n’a pas été jugée, les joueurs suspectés d’avoir participé à des paris anormaux lors du match Cesson-Rennes-Montpellier du 12 mai dernier sont présumés innocents. Néanmoins, un des sponsors de Karabatic n’a pas attendu pour prendre ses distances avec l’ancien joueur de Kiel. Betclic, société de paris en ligne, a en effet suspendu sa campagne publicitaire avec lui. D’autres pourraient suivre, de peur de se voir mêlés à la chute d’un monument aussi fort : « Nikola Karabatic était une icône du handball, mais aussi de l’olympisme, explique Gilles Dumas, directeur marketing de l’agence Sportlab. Il avait été par exemple choisi par VISA pour représenter l’entreprise dans sa campagne mondiale pour environ 600 000€/an. Aujourd’hui, en termes de valeur publicitaire, il vaut plus cher que les footballeurs. » Même si pour l’heure Nikola Karabatic est toujours considéré comme innocent, le mal semble déjà fait pour la star française.

Anthony Tallieu