RMC Sport

Lacourt : "C’est une tumeur bénigne qui provoquait ces douleurs"

Camille Lacourt

Camille Lacourt - AFP

EXCLU RMC SPORT. Invité de l’Intégrale Sport sur RMC, Camille Lacourt a expliqué pourquoi il n’avait plus nagé en compétition depuis les championnats de France, en avril. Souffrant d’une tumeur bénigne à la hanche, le nageur marseillais se veut rassurant et a toujours comme objectif les Jeux Olympiques 2016.

Camille, où en êtes-vous avec vos soucis de santé ?

Ça va un petit peu mieux. On a enfin trouvé ce que j’avais à la hanche. Ça fait maintenant cinq mois que je suis en arrêt, donc ça devient vraiment insupportable. En fait, une fracture de fatigue a fait que j’ai eu beaucoup de problèmes qui se sont atténués. Et on s’est rendu compte que c’est une tumeur bénigne sur ma hanche, donc rien de grave, qui provoquait ces douleurs. La semaine prochaine, je vais faire le nécessaire pour que ça s’en aille.

Comment expliquez-vous qu’il ait fallu cinq mois pour détecter cette tumeur ?

Il y avait beaucoup de problèmes au départ qui étaient plus évidents, et une fois que tous les problèmes ont été écartés, ils se sont rendu compte que c’était ça qui était douloureux. Les docteurs ont été géniaux, ont beaucoup travaillé, même si ça a été très long. J’ai été témoin de ça et j’espère qu’on a enfin trouvé la solution.

« J’ai bien les crocs »

Avez-vous réussi à poursuivre l’entraînement pendant cette période ?

Oui, je n’ai pas vraiment fait d’arrêt. J’ai repris bien avant le stage de Biarritz en équipe de France, il y a une quinzaine de jours. En forçant un peu plus sur deux ou trois séances, ça a été très douloureux, donc je me suis de nouveau arrêté, reposé et là j’espère que ce sera définitivement fini dans quelques jours.

Avez-vous songé à ne pas poursuivre votre carrière jusqu’aux JO 2016 en raison de cette douleur ?

Non, je ne me suis jamais posé cette question, ce qui me plaît assez bien car ça veut dire que pour cette prochaine année et demie, j’ai bien les crocs. Même si ça a été difficile, je savais que le chemin n’était pas fini et qu’il restait encore de belles choses à faire. Les JO, c’est le Graal dans la carrière d’un sportif. J’ai raté les Jeux de Londres car finir quatrième (sur 100m dos, ndlr) n’était pas vraiment ce que j’envisageais, donc j’aimerais bien finir avec une médaille olympique. C’est la seule qu’il me reste à avoir dans mon palmarès. J’ai vraiment hâte de retrouver la compétition. Mardi, j’ai rendez-vous chez le docteur pour me faire une infiltration et j’espère nager quelques jours après. Les projets dépendront de ma hanche.

la rédaction