RMC Sport

Le retour des héros

-

- - -

Les nageurs français sont rentrés en France ce lundi après des championnats d’Europe sensationnels (21 médailles) à Budapest. Ils ont été accueillis avec chaleur et bonhomie. Reportage au plus près des sportifs préférés des Français.

L’aéroport de Roissy Charles de Gaulle est décidément l’endroit où il faut être pour célébrer les sportifs français qui gagnent. Deux semaines après les athlètes tricolores triomphateurs à Barcelone, les nageurs de l’équipe de France ont été fêtés comme il se doit après des championnats d’Europe de natation historique où ils ont raflé 21 médailles et 8 titres, record pulvérisé.

Il est presque midi quand l’avion des héros, arrivé en provenance de Budapest, se pose sur le tarmac de l’aéroport parisien. Des proches sont là. Quelques supporters aussi, venus comme Françoise « voir les beaux gosses » de la natation française. « Il faut leur rendre hommage. Franchement, ce sont de beaux gars », poursuit-elle visiblement sous le charme. La bande à Alain Bernard, champion continental du 100 mètres nage libre, se fait attendre le temps de récupérer ses bagages.

A 12h50, les champions arrivent enfin. Dès l’ouverture de la porte d’entrée du terminal 2D, un essaim de journalistes se jette sur eux. Les flashes crépitent. Les applaudissements sont nombreux et nourris. « Je suis fier du personnage. Dès sa plus tendre enfance, il a toujours été quelqu’un qui a bien travaillé », sourit Henriette Arrachepied, la « tata » de Jérémy Stravius, qui a remporté trois médailles.

Des fonctionnaires de police, rapidement débordés, tentent de calmer la foule. D’autant que plusieurs dizaines de curieux se sont joints à la poignée d’inconditionnels. Le tout forme une bonne cinquantaine de personnes qui attendent un sourire, un autographe ou une bise de leurs idoles. « On est venu exprès pour les voir, glisse Hervé. Quand je les ai vus monter sur le podium et chanter la Marseillaise à tue-tête, devant ma télévision, j’ai pleuré. »

« J’ai pleuré devant ma télé »

Yannick Agnel et Camille Lacourt, révélations et stars de ces championnats d’Europe, s’attardent pendant près de trois quart d’heure. « C’est très impressionnant, juge Alain Bernard. On ne s’est pas fixé de limite et on s’est régalé à Budapest. » Camille Lacourt est celui qui capte le plus de micros et de caméras. « C’est que du bonheur. Cette foule, vraiment ça fait bizarre », s’étonne le Catalan, triple champion d’Europe (50 m dos, 100 m dos et 4x100 quatre nages), nouveau chouchou du public.

Françoise achève ses dernières bises. Les nageurs français quittent Roissy chacun par leurs propres moyens. Ils devraient répondre à l’invitation de l’Elysée le 26 août prochain. Les héros pourront alors profiter de jours de repos bien mérités.

Paul Basse avec Corentin Meynier