RMC Sport

Les Français nagent en plein bonheur

Camille Lacourt

Camille Lacourt - -

Les Bleus poursuivent leur domination à Budapest avec quatre nouvelles médailles dont l’or de Camille Lacourt sur 50m dos.

Les filles commencent à se noyer dans ses yeux, ses adversaires ont déjà coulé dans les abysses. Camille Lacourt est amené à régner sur le dos pendant un paquet d’années. Son duel face au beau gosse de la côte Pacifique, le Californien Aaron Peirsol, lors des Mondiaux de Shanghai l’an prochain sera une bataille entre destroyers du dos.

En attendant cette bataille, l’élève de Romain Barnier a pulvérisé la concurrence sur le 50m dos (24’’07), deux jours après son titre sur 100m dos, en s’approchant à 3 centièmes du record du monde. Un peu plus et il était le premier recordman du monde depuis la fin des combinaisons. Il a scotché Tancock, deuxième à 63 centièmes. Un bouillon. « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, sourit le nageur du CNM. Je suis arrivé à maturité. Il m’a fallu du temps pour arriver à ce niveau. Cette course a été un véritable plaisir. »

Avec lui, Hugues Duboscq, Alain Bernard, et un papillonneur dont le nom reste à déterminer, le relais 4x100m 4 nages français de dimanche s’annonce monstrueux. Cette quatrième médaille d’or pour la colonie française de Budapest est le point d’orgue de ce jeudi à quatre podiums.

Les filles se rebiffent

Partie façon kamikaze et en aveugle à la ligne d’eau numéro une, Ophélie-Cyrielle Etienne, qui s’entraîne à Font-Romeu, n’a baissé pavillon que face à la championne du monde en titre sur 800m nage libre, la Danoise Lotte Friis. Elle remporte avec cette médaille d’argent sa première breloque dans une grande compétition internationale chez les grands. « Je me suis dit que j’étais outsider et que je n’avais rien à perdre, avoue-t-elle. Deuxième, en faisait mon meilleur temps c’est une grosse satisfaction »

A elle sa première et à Hugues Duboscq sa treizième. Le Havrais s’est arraché pour terminer en bronze sur 200m brasse derrière l’intouchable Daniel Gyurta et le Norvégien Alexander Dale Oen. L’inattendu relais 4x200m féminin (Balmy, Etienne, Farrell, Muffat) a échoué à deux centièmes de l’or pour compléter la belle moisson française.

M.M. avec Pierrick Taisne à Budapest