RMC Sport

Lucas à Narbonne, à peine arrivé, déjà parti ?

-

- - -

Son contrat tout juste signé à « L’Espace de Liberté » de Narbonne, son septième point de chute depuis 2009, Philippe Lucas a déjà entamé des négociations avec la Fédération italienne de natation pour entraîner à nouveau Federica Pellegrini.

Depuis 2006 et son départ de Melun où il officiait depuis plus de vingt ans (1983-2006), Philippe Lucas ne parvient plus à se fixer. S’il était resté au Canet-en-Roussillon trois années durant (2006-2009), la carrière de l’ancien mentor de Laure Manaudou ressemble depuis à un exode permanent. Son licenciement du club languedocien l’a d’abord poussé vers Perpignan, d’où il a rallié La Rochelle puis Dunkerque avant de s’exiler à Saint-Germain-en-Laye. Cinq mois plus tard, la piscine olympique de Port-Grimaud située dans un… camping, appelait l’entraîneur à la longue crinière blonde. Son arrivée au Lagardère Paris Racing en 2010 semblait le combler, jusqu’à ce qu’il cède aux sirènes narbonnaises.

Désormais, Philippe Lucas exercera ses talents dans la sous-préfecture de l’Aude. Le natif de Melun aura pour mission de redynamiser « L’Espace de Liberté », centre sportif et ludique de la ville abritant une piscine olympique. Son contrat ne comprenant pas la prise en charge de son groupe d’entraînement élite, seuls quatre ou cinq nageurs devraient le suivre pour s’entraîner sur les deux lignes d’eau laissées à disposition par ses employeurs deux fois par jour. « Je peux créer mon club, sans demander de subvention. Je demande les lignes d’eau qu’on m’a attribuées dans mon contrat, et je vais chercher du sponsoring, annonce Lucas qui paraît déterminer à s’installer. Et croyez-moi, je vais en trouver. A Paris, il m’a fallu de l’argent. 585€ de lignes d’eau par jour, plus les apparts. Je sais qu’ici, j’ai déjà mis des gens sur les pistes. Je vais trouver de l’argent et monter mon truc. » Celui qui a aussi chapeauté Camelia Potec ou Esther Baron n’arrivera pas en terrain inconnu puisqu’il a déjà effectué deux stages avant les JO dans le bassin narbonnais.

Pellegrini et Vérone en perspective

Chassez le naturel, il revient au galop. A peine ses valises posées à Narbonne, Philippe Lucas pense déjà à son avenir. « Je suis très intéressé pour l'entraîner à nouveau. Je veux faire du haut niveau et pour moi Federica est la meilleure nageuse au monde », a expliqué Lucas à propos de la championne italienne Federica Pellegrini qu’il avait déjà pris sous son aile en 2011. Après des Jeux londoniens manqués (aucune médaille), la championne du monde du 200 et 400 m à Shanghai l’an passé voudrait également retrouver son ancien conseiller… à condition qu’il vienne à Vérone.

Malgré le fait qu’il ait signé son contrat hier, l’entraîneur le plus célèbre de France a indiqué vouloir rencontrer « dans les prochains jours », en Italie, les dirigeants de la Fédération transalpine pour clarifier « les aspects logistiques et économiques » de cet éventuel projet. Lucas voudrait proposer à Pellegrini de partager son temps entre Narbonne et Vérone. « Je vais lui proposer une solution, mais elle ne va pas vouloir, indique celui qui a sa marionnette aux Guignols. Ce n’est pas vraiment pour elle, mais plus pour son ami, qui, lui, est obligé d’avoir un entraîneur à l’année. Je ne pense pas qu’elle viendra à Narbonne. » Face au refus de la belle Italienne, Lucas se laissera-t-il tenter par une autre alternative ?

Le titre de l'encadré ici

Leveaux suit provisoirement Lucas|||

Sous les ordres de Philippe Lucas depuis un an au Lagardère Paris Racing, Amaury Leveaux a choisi de le suivre dans le sud de la France pour reprendre l’entraînement en attendant de trouver un nouveau club qui pourrait être celui de… Narbonne. « Ce soir (hier soir), j’ai Leveaux qui arrive, mais vous voyez je ne sais pas où je vais le loger, a témoigné Lucas. On va discuter, il serait peut-être prêt à venir ici, mais il faut qu’il trouve un club, qu’il soit logé. »

Jérôme Carrère avec Julien Landry