RMC Sport

Lucas : « Il faut arrêter de parler de Laure… »

-

- - -

Avant les championnats d'Italie de natation qui débutent ce mercredi à Riccione (du 13 au 17 avril), l’entraîneur de Federica Pellegrini fixe les objectifs de sa star sur 100, 200, 400 et 800m. Il évoque également l’éventuel retour à la compétition de Laure Manaudou.

Philippe Lucas, ces championnats constituent la première compétition d’envergure avec votre nouvelle nageuse…
Avec Federica, toutes les compétitions sont importantes. En Italie, elle est très attendue. Les gens viennent à l’entraînement, il y a les drapeaux italiens… C’était le même phénomène à l’époque où j’entraînais Laure. C’est sympa de voir des gens passionnés de natation.

Vous sentez-vous également attendu ?
Pour moi, le plus important, c’est qu’elle se prépare bien. Les championnats d’Italie vont nous permettre de voir où elle en est. Comme elle fait toutes les courses, ça nous donnera une bonne vision. Elle n’a fait qu’une compétition avec moi, en bassin de 25 mètres, début mars. Et nous ne travaillons ensemble que depuis neuf semaines. On ne peut pas non plus faire de bilan.

Appréhendez-vous cette première véritable sortie ?
Je n’appréhende pas les choses. J’ai vu son sérieux et sa détermination à l’entraînement. Il faut le reproduire en compétition. Cette semaine est importante pour nous découvrir et essayer d’avoir une complicité primordiale au plus haut niveau. C’est le genre de nageuse que j’aime, déterminée. Elle n’a pas peur. On peut lui balancer un truc et elle ne pleurera pas dans ses lunettes. J’ai pris un énorme plaisir à entraîner Camelia (Potec, qu’il entraîne toujours, ndlr). C’était le top. Là, je retrouve la même chose.

Comment communiquez-vous ?
Elle se débrouille bien en français. De temps en temps, Luca (Marin, également dans le groupe de Philippe Lucas, ndlr), qui parle très bien français, lui traduit quelques mots.

Avez-vous eu l’occasion de parler à Laure Manaudou lors des championnats de France le mois dernier ?
Je l’ai croisée trente secondes. On s’est dit bonjour, mais je ne l’ai pas vu nager. J’avais d’autres choses à faire. Il faut arrêter de parler de Laure. Elle en a marre qu’on parle à sa place. Si elle doit revenir, elle fera une conférence de presse pour dire qu’elle s’entraîne. Pour l’instant, il n’y a rien de fait. Tout le monde dit tout et n’importe quoi. Il ne faut pas oublier qu’on est à onze mois d’une sélection pour les Jeux. Ça va aller très vite. Si quelqu’un doit parler, c’est Manaudou. Mais pas Lucas, la fédé, Pierre, Paul ou Jacques.