RMC Sport

Mondiaux : la France toujours sur le haut de la vague

Giacomo Perez Dortona, champion du monde avec le relais 4x100m 4N

Giacomo Perez Dortona, champion du monde avec le relais 4x100m 4N - -

Grâce à une dernière journée riche en émotions, l’équipe de France quitte Barcelone avec neuf médailles dont quatre en or dans ses valises. Un bilan qui permet à la natation tricolore de rester sur la vague du succès.

Barcelone, dimanche midi. « Il faut attendre ». Les cadres techniques de l’équipe de France de natation demandent un peu de patience avant de faire le bilan des Mondiaux. Barcelone, dimanche soir. Deux médailles d’or, pour Camille Lacourt sur 50m dos et le relais 4x200m quatre nages, une médaille d’argent, pour Jérémy Stravius sur 50m dos. En 90 minutes, les valises tricolores se sont alourdies de 50%. De six à neuf places sur les podiums de Catalogne, au bord du bassin du Palau Sant Jordi et de ces tribunes souvent bleu-blanc-rouge, pour terminer 3e au classement des nations derrière les Etats-Unis (29 médailles) et la Chine (9). « Le bilan, avec deux titres, aurait été bon. Evidemment, là, c’est encore plus magique, reconnaît Lionel Horter, le DTN. Neuf médailles et quatre titres, c’est proprement hallucinant. »

Yannick Agnel (or sur 200m NL et 4x100m NL), Camille Lacourt (or sur 50m dos et 4x100m 4N), Jérémy Stravius (or sur 4x100m NL et 4x100m 4N, argent sur 50m dos, bronze sur 100m dos) et Fabien Gilot (or sur 4x100m NL et 4x100m 4N) repartent notamment de Barcelone avec le sourire. « C’est une semaine magique, confie ce dernier, si performant dans le collectif que sa 7e place sur 100m en individuel est déjà oubliée. On vient encore de passer un cap en tant qu’équipe. » « Ce niveau est extraordinaire, rajoute Romain Barnier, l’entraîneur du CNM et des Bleus. Les supporters, les nageurs et les entraîneurs prennent énormément de plaisir. On est la France, on a quatre médailles d’or. »

Berlin et Kazan avant Rio

Un peu plus tôt dans cette 8e et dernière journée des Mondiaux, mais surtout dans la semaine, quelques éléments paraissaient pourtant être en mesure d’affecter le séjour des Bleus à Barcelone et de laisser un goût amer. Le clash Agnel-Pellerin, avec l’agent Sophie Kamoun au milieu pour prendre les coups, la faillite de Camille Muffat sur 400m NL (7e), le passage au travers de Florent Manaudou sur 50m NL (5e). Légèrement atténués par les deux médailles de bronze de la Niçoise (200m NL, 4x200m NL) et l’or du jeune Marseillais en 4x100m NL, ces deux échecs individuels des champions olympiques ne nourrissent même plus trop de regrets après la folle soirée de dimanche. Et l’idée que la France aurait pu effacer tous ses records, ses dix médailles au total (deux en or) aux Mondiaux de Shanghai en 2011 et ses quatre en or aux JO 2012, est complètement absente des esprits.

« On a une fait très, très belle semaine, souligne Lionel Horter. On a vécu des très beaux moments il y a huit jours (victoire sur le relais 4x100m NL, ndlr). Ça parait déjà loin. Il a fallu garder le cap cette semaine, quoi qu’il arrive, et vous voyez à quoi je veux faire allusion... On va essayer d’analyser les réussites et les choses qui ont moins bien marché pour continuer cette aventure, ce combat. » Prochain rendez-vous à Berlin, aux championnats d’Europe (13-24 août 2014). « On va ouvrir les critères de sélection, ce qui va permettre à 40-45 nageurs d’aller là-bas, annonce le DTN. On a deux ans, jusqu’aux Mondiaux de Kazan, pour creuser le sillon, travailler sur les forces et les faiblesses, et se donner les chances d’être fort à Rio, qui est notre objectif principal. » La vague bleue avance déjà vers Copacabana.

A lire aussi :

- Mondiaux : quand l’argent se change en or

- Lacourt : « Deux médailles d’or, c’est fantastique ! »

- Muffat : « Un bilan mitigé »

LP avec JRi et CG à Barcelone