RMC Sport

Mondiaux : les Bleues touchent du bronze

-

- - -

Camille Muffat, Charlotte Bonnet, Mylène Lazare et Coralie Balmy ont décroché la médaille de bronze du relais 4x200m, ce jeudi à Barcelone. Comme aux JO de Londres, les Bleues terminent derrière les Etats-Unis et l’Australie.

L’histoire se répète. Comme aux Jeux Olympiques de Londres l’an passé, les relayeuses françaises du 4x200m ont flambé ce jeudi dans le bassin des Mondiaux de Barcelone. Et comme dans la capitale anglaise, elles ont décroché le bronze. A l’issue d’une course bien maîtrisée, Camille Muffat, Charlotte Bonnet, Mylène Lazare et Coralie Balmy (7’48’’43) ont terminé derrière les Américaines (7’45’’14), qui ont conservé leur couronne mondiale, et les Australiennes (7’47’’08).

USA-Australie-France, c’est exactement le même podium qu’à Londres. « Cette troisième place, on est allé la chercher avec nos tripes, savoure Coralie Balmy. On voulait réitérer l’exploit de Londres. On savait qu’il fallait être compétitif mais on s’est bien battu jusqu’au bout. » Charlotte Bonnet enchaîne : « On la méritait cette troisième place. On voulait vraiment faire un podium. »

Balmy : « On est des amies »

Plus proches des Américaines et des Australiennes, meilleures que les redoutables Chinoises, les Bleues ont aussi assuré le coup grâce à une stratégie payante. En plaçant Camille Muffat et Charlotte Bonnet, ses deux meilleures nageuses, comme première et deuxième relayeuses, l’équipe de France a fait le pari d’y croire jusqu’au bout. Pari gagnant puisque Mylène Lazare, puis Coralie Balmy, ont largement été à la hauteur de leurs partenaires.

« Les petits mots de Coralie (Balmy) avant ma course m’ont fait du bien, raconte Mylène Lazare. Elle a quand même plus d’expérience que moi, même si cela fait longtemps qu’on se connait. Je ressens beaucoup d’émotion, de partage. Je suis très contente de cette finale. On a eu une approche très soudée. » Emmené par Camille Muffat qui décroche, au passage, sa deuxième médaille de ces Mondiaux après le bronze du 200m, le relais tricolore féminin tire sa force de la complicité entre ses nageuses. « On n’est pas seulement les filles du relais. On est aussi des amies, confirme Balmy. C’est ce qui fait notre force. » Lionel Horter, le DTN, parle « d’enthousiasme, de fraicheur. » Pourvu que ça dure.

A lire aussi :

Gilot : « Je reviendrai plus fort »

Mondiaux : Magnussen reste le patron

Muffat : « Contente que ce relais progresse »