RMC Sport

Mondiaux : les Bleus prennent une claque

Yannick Agnel, Grégory Mallet et Lorys Bourelly

Yannick Agnel, Grégory Mallet et Lorys Bourelly - -

Médaillé d'argent l'an passé aux JO de Londres, le relais 4x200m français a échoué au pied du podium mondial, vendredi à Barcelone. Yannick Agnel, Lorys Bourelly, Grégory Mallet et Jérémy Stravius se sont fait coiffer en fin de course par la Chine, troisième derrière les Etats-Unis et la Russie.

Ils ne les avaient pas vus venir. A la lutte avec le Japon à quelques mètres du verdict final, les Français n’ont pas aperçu sur leur droite, complètement à l’opposé, le Chinois Sun Yang leur placer une accélération fatale, synonyme de quatrième place pour le camp bleu. Et donc d’absence de médaille mondiale pour un relais 4x200 m toujours habitué au podium.

Vice-champion du monde en 2011, vice-champion olympique à Londres l’année dernière, la petite troupe tricolore emmenée par le champion du monde du 200m, Yannick Agnel et composée de Lorys Bourelly, Grégory Mallet et Jérémy Stravius, reste à quai cette fois. Devant eux ? La Chine donc. La Russie et les Etats-Unis, intouchables, avec ce cinquième titre mondial consécutif dans cette discipline.

« On s’attendait à une finale relevée, on l’a eue, confie Yannick Agnel. On a eu un Sun Yang inarrêtable, surtout qu’on n’était pas focalisé sur les Chinois. Mais c’est le jeu. » Le Niçois, qui avait fait sa part du travail en menant les siens à la deuxième place à l’issue du premier relais, veut positiver. « C’est un relais encore jeune, ça fait deux ou trois ans qu’on le répète, on est en train de se renouveler et on reste quand même dans les clous, insiste Agnel. C’est la place du con mais on n’a rien à regretter. »

Agnel : « La place du con »

Le discours n’est pas plus différent chez Jérémy Stravius, qui a bataillé ferme avec Takeshi Matsuda, sans jamais voir la fusée Yang débouler sur le côté. « Ça s’est joué à rien, souffle le médaillé de bronze du 100 m dos, qui devait espérer mieux, lui qui était allé chercher l’or pour les siens lors du relais 4x100 m. On est quand même très satisfait du temps (7’04’’91), on a fait tout ce qu’on pouvait. On a aligné le même relais que ce matin. On fait quand même une belle 4e place, on n’a pas de regrets, c’est très bien comme ça. »

Finalement, la frustration, c’était presque plus du côté de l’invité surprise Loris Bourelly que cette dernière était perceptible. « C’est la meilleure course que j’ai jamais faite, lâche l’intéressé. C’est quelque chose d’inoubliable. On est dépucelé comme on dit… Je nage à côté de Ryan Lochte, qui nage contre moi. C’est incroyable. Mais cette 4e place a un arrière-goût amer. Ça me donne la rage. Je l’ai encore là... Je vais travailler dur pour revenir et ne pas faire quatrième. C’est la dernière fois qu’on finit 4e, je vous le garantis. » Promesse tenue ?

A lire aussi :

>> F.Manaudou-Bousquet, des « ex » inséparables

>> Henique : « En finale, tout est permis »

>> Muffat : « Un bilan mitigé »

A.D. avec J.R., à Barcelone