RMC Sport

Pellegrini sous les ordres de Lucas ?

Federica Pellegrini va-t-elle suivre les traces de Laure Manaudou ?

Federica Pellegrini va-t-elle suivre les traces de Laure Manaudou ? - -

Championne olympique en 2008 et double championne du monde en 2009, Federica Pellegrini a connu une année 2010 difficile après le décès de l’entraîneur qui l’a révélée. Elle aimerait que Philippe Lucas, l’ancien mentor de Laure Manaudou, la prenne en charge.

Leurs destins sont décidemment intimement liés. Après s’être emparée des titres de Laure Manaudou, de ses records mondiaux, de l’un de ses petits amis, Federica Pellegrini pourrait se placer sous les ordres de l’ancien mentor de la Française. L’Italienne n’a jamais comblé le vide laissé par Alberto Castagnetti, décédé fin 2009. C’est son adjoint qui avait repris en main la nageuse, avant que cette dernière ne décide de mettre fin à la collaboration après les mondiaux de Dubaï. La diva de 22 ans a ainsi coché le nom de Philippe Lucas, désormais basé à Paris avec Amaury Leveaux, sur sa liste. « Il sait comment il faut se conduire avec les athlètes de haut niveau, a-t-elle expliqué dans le quotidien turinois La Stampa. Je ne le connais pas, mais nous avons parlé quelques fois et il y a entre nous un respect réciproque. Il a emmené Laure au sommet pendant que je grandissais. Il a longtemps été une référence et je ne me préoccupe pas de ce que les gens disent de lui. »

La rigueur de Philippe Lucas n’effraie pas la double médaillée olympique, décevante en 2010. « Je cherche un entraîneur qui me protège, qui ne construise pas seulement avec moi un rapport professionnel », confie la championne olympique du 200 m (2008) et double championne du monde du 200 m et 400 m (2009) italienne. Le cadre que pourrait lui offrir l’entraîneur français lui permettrait selon elle de combattre son stress. Et qu’importe que la comparaison avec Laure Manaudou s’épaississe. « Ce sont des coïncidences, bien sûr, mais je reconnais que c’est drôle, admet l’Italienne. C’est une petite torture. Au début, c’était pénible. Maintenant, ça me fait sourire. » Federica Pellegrini, qui aimerait rester à Vérone, dévoilera le nom de son futur entraîneur au plus tard mi-janvier.

L.P.