RMC Sport

Stravius : « Je suis sur un petit nuage »

Jérémy Stravius

Jérémy Stravius - -

Jérémy Stravius a parfaitement réussi ses championnats de France. Après son titre national sur 100m dos la veille, l’Amiénois s’est imposé sur 50m dos et 200m 4N ce jeudi à Rennes. Il ira aux Mondiaux, du 19 juillet au 4 août à Barcelone, sur les trois distances.

Jérémy, ça aurait été dommage de ne pas faire les deux courses, non ?

J’avais regardé le programme ce matin (jeudi), il y avait 11 minutes entre les deux courses. C’est un peu juste. Après le 50m dos, j’ai récupéré et je me suis posé la question. Finalement, je me suis dit « allez, fais-le ». Il faut prendre des risques. Je joue un petit peu avec le feu mais j’en profite parce que je suis en forme. Une fois que j’ai pris ma décision, j’ai vu qu’il y avait une demi-heure entre les courses. Les cérémonies protocolaires n’étaient pas affichées. Donc là, pas de souci. Ça me laissait le temps. Je pouvais tranquillement faire les deux.

Comment analysez-vous votre victoire sur le 50m dos ?

Il y avait beaucoup d’enjeux. Tout le monde attendait cette finale. On était trois et il n’y avait pas vraiment de leaders. Flo (Manaudou) est vraiment un spécialiste du sprint mais je le sentais un petit peu en-dessous. Moi, perso, j’avais des réglages à faire. Aux 35m, j’ai vu que j’étais devant. Je me suis dit « maintenant, pépère, t’accélère ». Aux 40m, j’ai vu que j’avais quasiment gagné. C’était très bon signe. Ça m’a mis dans une confiance absolue.

Vous retrouverez encore Camille Lacourt aux Mondiaux…

Il reviendra plus fort, je pense. Moi, je l’espère aussi. Mes résultats me mettent en confiance. Quand je vais reprendre l’entraînement, après ma semaine de vacances, je me dirai que c’est bien mais qu’il faut que je travaille encore plus dur. Ça paye. Je vais repartir avec beaucoup d’ambitions. Avec trois titres, je suis super heureux. Je suis sur un petit nuage.

Avec le 100m dos, ça fait 2-0 face à Camille. C’est significatif ?

(Rires) Oui et non. Il peut être un peu au-dessus du lot. Mais j’ai un atout, c’est le départ. Ça peut déstabiliser les autres. Et moi, quand je suis devant, c’est sûr que je suis mieux dans ma tête.

Le 200m 4N, c’était la cerise sur le gâteau ?

J’étais venu ici (à Rennes) en voulant me qualifier pour les Mondiaux sur les trois distances (50m dos, 100m dos, 200m 4N). Je pensais que ça allait dur pour le 50m dos, que j’allais peut-être le laisser à Camille (Lacourt) et Flo (Manaudou). J’ai bien fait de le faire. Sur le 200m 4N, j’avais de réelles chances. C’est pour ça que j’ai pris le risque sur le 50m dos. J’avais largement le temps dans les bras et dans les jambes. J’avoue que je ne me suis pas donné à 100%.

Allez-vous continuer à monter en puissance ?

J’ai toujours fonctionné comme ça. Je fais toujours des meilleurs temps en juillet-août. On cible vraiment les championnats du monde comme l’objectif premier. Je pense que je peux être beaucoup plus fort sur le 100m dos. Je ne l’ai pas démontré ici, j’ai mal géré ma finale. Je pouvais nager beaucoup plus vite.

A lire aussi :

- Agnel donne rendez-vous

- Stravius : « Je donne rendez-vous à Camille »

- F. Manaudou-Bousquet : une relation sous influences

Propos recueillis par Julien Richard à Rennes