RMC Sport

Un retour soigneusement préparé

-

- - -

L’annonce du retour de Laure Manaudou à la compétition a beaucoup fait parler autour du bassin de la Croix Catelan. Une nouvelle savamment orchestrée par l’entourage d’une nageuse qui, malgré son absence des compétitions depuis deux ans, reste toujours la star de la natation française.

Pour les nageurs qui voulaient faire parler d’eux ce dimanche, c’est perdu. Pour le sponsor également. Autour du bassin de la Croix Catelan, où se déroule l’Open EDF de natation, le nom de Laure Manaudou est sur toutes les lèvres. Impossible d’échapper à l’annonce du retour à la compétition de la médaillée d’or sur 400m nage libre à Athènes. D’autant que Laure Manaudou s’est offert un plongeon d’une quarantaine de minutes dans la matinée. Bonnet de Marseille sur la tête, et sous la houlette de l’entraîneur de son compagnon, Brett Hawke, elle a nagé sous les regards d’une poignée de journalistes avant de rejoindre le groupe marseillais.

Pour tous les nageurs de l’équipe de France, ce come-back semble en tout cas une grande nouvelle. Yannick Agnel, qui n’a jamais eu l’occasion de côtoyer la native de Villeurbanne en équipe de France, semble même impatient. « C’est cool. C’est même super cool, s’enthousiasme-t-il. Elle fait partie des gens que j’ai regardés à la télé en me disant ‘je veux être comme ça’. » Même son de cloche chez Francis Luyce, le président de la Fédération française de natation : « Nous ne pouvons être que pleinement satisfait. Quand on connait les qualités de Laure, sa volonté, ce n’est que du bonheur ! »

Bousquet : « Laure n’est pas une machine »

Si ce retour semble faire l’unanimité dans le monde de la natation, Frédérick Bousquet, son compagnon, préfère tempérer l’euphorie : « Elle a peur qu’on attende trop de choses d’elle, déclare-t-il. Laure n’est pas une machine. » Mais l’annonce de ce come-back était avant tout bien orchestré par l’entourage de la nageuse. Une décision savamment réfléchie. Déjà, pour l’annonce de son retour à l’entraînement, en septembre 2010, les fuites avaient filtré lors des championnats d’Europe 2010 à Budapest et alors qu’elle était en pleine promotion d’un produit de soin pour bébés.

Partout où le monde de la natation est présent, l’ombre de Manaudou plane. Florent Manaudou, son frère présent en compétition lors de cet Open EDF accueillait la nouvelle avec plaisir. « Beaucoup de gens attendaient son retour. Ils vont voir de quoi elle est capable. » Malgré tout, aucune conférence de presse ne sera organisée. Didier Poulmaire, l’agent de la triple championne du monde, a préféré un plan de communication (terme qu’il réfute pourtant), plus restreint, n’autorisant sa protégée qu’à ne parler qu’à trois médias savamment choisis. Pour les autres, silence radio. La principale intéressée, toujours souriante et accrochée à son téléphone, fera mine de ne pas les voir.

Le titre de l'encadré ici

Agnel : « De bon augure avant Shanghai »|||

Après sa victoire ce samedi sur le 400m, Yannick Agnel s’est imposé sur le 200m ce dimanche à l’Open EDF de natation, dans un temps de 1’45’’59. Une performance qui a ravi le Niçois. « Cela augure de très bonnes choses avant les championnats du monde de Shanghai. Je ressors satisfait de ce week-end », a-t-il déclaré. Camille Muffat a quant à elle remporté le 400m devant sa compatriote Coralie Balmy. Camille Lacourt s’est lui imposé sur 50m dos. En revanche, nouvelle déception pour Frédérick Bousquet deuxième du 50m nage libre et battu par le Brésilien César Cielo, auteur de la meilleure performance mondiale de l’année en 21 secondes et 78 centièmes.