RMC Sport

Une éclaircie nommée Castel

Alexianne Castel

Alexianne Castel - -

Sur les huit Français engagés dans les finales des championnats du monde de Dubaï vendredi, seule Alexianne Castel a tenu son rang en allant chercher l’or sur 200m dos. Argent pour Bousquet, déception pour Bernard et Agnel.

2’01’’67. Voici le temps qu’il aura fallu à Alexianne Castel pour devenir championne du monde du 200m dos, vendredi à Dubaï, devant ses rivales, l’Américaine Melissa Franklin et la Chinoise Yanxin Zhou. Un exploit d’autant plus remarquable que la jeune Bordelaise de 20 ans, déjà détentrice de la meilleure performance mondiale de l’année, a amélioré le record de France de la distance. Et signé le quatrième meilleur chrono de tous les temps.

Frédérick Bousquet aurait aimé en faire autant. Mais le Perpignanais n’est pas parvenu à remporter son mano a mano sur 50 m nage libre avec le Brésilien Cesar Cielo. Et a dû se contenter de la médaille d’argent derrière le tenant du titre et champion olympique. « Elle a un goût amer, cette médaille, confie Bousquet, champion d’Europe en grand bassin cet été à Budapest. Le goût de l’eau salée. Je ne suis pas venu ici pour faire deuxième. Je sais que je vaux bien mieux que ça, que je suis plus fort que Cesar… et ça m’énerve de ne pas avoir pu le montrer. Ça décuple ma motivation. J’ai hâte d’être au 3 janvier pour mettre les bouchées doubles à l’entraînement. »

Castel et Bousquet médaillés, la journée aurait pu être florissante pour le camp français. Sauf que les breloques n’ont pas suivi les performances des autres nageurs tricolores. Hugues Duboscq ? Qualifié sans convaincre en finale du 200m brasse, le triple médaillé de bronze aux JO de Pékin (100m brasse en 2004 et 100m et 200m brasse en 2008) « visait une bonne place ». Il a dû se contenter du 7e rang. 5e du 400 m, Coralie Balmy n’a guère fait mieux.

Agnel « a appris »

Mais les véritables déceptions du jour se nomment Alain Bernard, 6e de la finale du 50 m, Sébastien Rouault et Yannick Agnel, 6e et 7e du 400 m. Un vrai couac pour le Nîmois, éliminé en série du 200m nage libre. Lui qui arrivait à Dubaï auréolé de sa deuxième meilleure performance mondiale de l’année… « Bien sûr qu'il y a des regrets, explique Agnel. L'état de fatigue était assez prépondérant, mais ce n'est pas ce qui a compté. C'était plutôt la tactique. J'ai encore beaucoup appris, ça va me servir pour plus tard. Je suis quand même satisfait de mes premiers championnats du monde. »

Agnel n’était pas le seul à tenir ce discours à l’issue de la journée. Camille Muffat, 4e, a manqué de peu le podium de sa première finale internationale sur 100m nage libre. « Je suis vraiment contente de cette place, je termine devant des filles qui ne font que ça tout au long de l’année, a confié l’intéressée, qui améliore au passage son propre record de France (52’’41). Je vais me reposer demain (samedi, ndlr) et on verra bien sur le 200m. Si ça continue comme ça, ça devrait bien se passer. » Promesse tenue ?

Alix Dulac avec Julien Richard à Dubaï