RMC Sport

A la rencontre de Vincent Cheminaud

-

- - -

Calme, posé, discret, Vincent Cheminaud n’en demeure pas moins un jeune qui mérite que l’on s’intéresse à lui. Fils de l’octuple gagnant de groupes, Christophe Cheminaud, il ne cesse de progresser et s’affirme au plus haut niveau. Titulaire de 85 victoires (au 13 mars), le jockey de 19 ans possède déjà des statistiques élogieuses. En 296 sorties en obstacle, il s’est imposé à 70 reprises et a pris 81 places, soit 51% de réussite dans les trois premiers. Portrait d’une valeur montante qui a signé son 1er succès dans une course-événement le 3 mars dernier à Auteuil.

Calme, posé, discret, Vincent Cheminaud n’en demeure pas moins un jeune qui mérite que l’on s’intéresse à lui. Fils de l’octuple gagnant de groupes, Christophe Cheminaud, il ne cesse de progresser et s’affirme au plus haut niveau. Titulaire de 85 victoires (au 13 mars), le jockey de 19 ans possède déjà des statistiques élogieuses. En 296 sorties en obstacle, il s’est imposé à 70 reprises et a pris 81 places, soit 51% de réussite dans les trois premiers. Portrait d’une valeur montante qui a signé son 1er succès dans une course-événement le 3 mars dernier à Auteuil.

Ce qu’il dit…

… à propos de son parcours :

« Malgré la grande réussite de mon père dans le monde des courses, les chevaux ne m’intéressaient pas durant ma jeunesse. Je préférais jouer à l’ordinateur. C’est seulement à l’âge de 13 ans que j’ai eu un déclic. En dépit de ses réticences, j’ai souhaité faire comme lui. Je suis alors entré à l’AFASEC de Mont-de-Marsan et j’ai effectué mon apprentissage chez Emmanuel Clayeux. C’est lui et son premier garçon Christophe Moigne qui m’ont appris les bases du métier. Quand les autres montaient à cheval, moi j’apprenais sur un double-poney. Ma carrière a pris un virage à 180° en 2010 lorsque j’ai intégré l’équipe d’Arnaud Chaillé-Chaillé. Deux semaines après mon arrivée, j’ai passé le poteau en tête en plat à Gémozac puis le week-end d’après, c’est en obstacle que je brillais à Plessé. J’ai enchaîné les gagnants pour en obtenir une quarantaine en seulement un an et demi. Je dois énormément de choses à ce grand metteur au point… Puis à 18 ans, après avoir beaucoup appris à son contact, j’ai décidé de me lancer en tant que jockey free-lance. »

… à propos de sa plus belle victoire :

« Mes débuts victorieux dans un réclamer à Auteuil avec Daewoo Ling resteront comme l’un des meilleurs moments de ma carrière. Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était fantastique… Mais ce n’était rien comparé à la joie que j’aie pu ressentir le dimanche 3 mars 2013. En une réunion, j’ai remporté ma première étape de la Casaq Ligue et mon premier Groupe avec Farlow des Mottes. Tout est arrivé d’un seul coup, c’était une double satisfaction. Une journée à marquer d’une pierre blanche que nous avons fêtée autour d’une bonne raclette avec ma famille. Même s’il a tout fait pour que je ne devienne pas jockey, mon père est désormais mon plus grand supporter. Nous faisons régulièrement des débriefings ensemble pour que je progresse. »

… à propos de la Casaq Ligue :

« Je trouve ce challenge vraiment génial. C’est une source de motivation supplémentaire pour les jockeys qui prennent régulièrement part aux épreuves supports d’évènements. Malheureusement, en ce qui me concerne, je ne participe pas assez au tournoi pour espérer lutter pour les premières places. »

Crédit photo : APRH

Le Quinté en vidéo

Arrivées et rapports du Quinté