RMC Sport

Dimanche à Chantilly : Prix du Jockey-Club

-

- - -

Véritable monument des courses hippiques en France, le Jockey-Club existe depuis 175 ans...

L’hippodrome des Princes de Condé s’apprête à vivre les deux semaines les plus importantes de sa saison hippique. Sept jours avant le Prix de Diane, qui sacre la meilleure pouliche de 3 ans, c’est le Prix du Jockey-Club qui nous permettra d’y voir un peu plus clair dans cette génération. Pour l’instant, aucun mâle (il n’y aura pas de femelle au départ cette année) ne sort vraiment du lot.

Créée en 1836, cette épreuve se disputait, à l’origine, sur 2.500 mètres, avant d’être ramenée à 2.400 mètres en 1843. La distance, dite « classique », sera utilisée jusqu’en 2005, où la parcours du Jockey-Club est réduit à 2.100 mètres, afin d’offrir une distance intermédiaire aux jeunes chevaux, entre les Poules d’Essai (1.600 m) et le Prix de l’Arc de Triomphe (2.400 m). Un changement qui ne fait pas vraiment l’unanimité. A l’origine, les lauréat du « French Derby » doivent posséder autant de tenue que de vitesse, ce qui n’est plus forcément le cas aujourd’hui, même si la piste cantilienne reste très exigeante, avec sa longue ligne droite (600 m) en montée.

La course doit son nom au Jockey-Club de Newmarket, qui régit les courses outre-Manche depuis 1752. Jusqu'en 1946, la course est exclusivement réservée aux chevaux nés et élevés en France. Il faut donc attendre 1982 pour qu'un cheval étranger (l'Irlandais Assert) remporte l'épreuve !

De nombreux champions ont remporté le Jockey-Club avant de connaître une superbe carrière, comme ce fut le cas de Suave Dancer (1991), Peintre Célèbre (1997), Montjeu (1999) ou Dalakhani (2003), pour ne citer qu’eux…

Le Quinté en vidéo

sdarras

Arrivées et rapports du Quinté