RMC Sport

Un peu d'histoire...

-

- - -

Sans rentrer dans des détails historiques fastidieux, voici une petite explication du Prix de Diane.

Le Prix de Diane, c’est quoi ? Tout le monde a, un jour, entendu parler du Prix de Diane, rendez-vous de l’élégance avec le monde très (trop) fermé du cheval. Evidemment, l’image du Diane dans l’inconscient collectif est surtout représenté par ses fameux chapeaux. Un concours du plus beau «couvre-chef» est d’ailleurs organisé chaque année sur l’hippodrome des princes de Condé. Mais le Diane, pour nous autres sportsmen, c’est surtout l’affrontement des meilleures pouliches de 3 ans sur la distance intermédiaire de 2.100 mètres.

Pourquoi intermédiaire ? Tout simplement parce que les jeunes chevaux évoluent sur des tracés plus courts en début de carrière, avant d’affronter la fameuse distance classique (2.400 mètres), pour ceux qui ont le fond nécessaire. La Poule d’Essai des Pouliches (Groupe I), remportée cette année par Golden Lilac, se dispute par exemple sur le mile (1.600 m). C’est donc un parfait tremplin pour aborder ensuite la longue ligne droite cantilienne, dont les 600 mètres en montée peuvent en rebuter plus d’une !

Evidemment, il existe bon nombre d’épreuves qui permettent aux demoiselles de gravir gentiment les échelons, en France ou à l’étranger. Mais celle qui inscrit son nom au palmarès du prestigieux Prix de Diane possède l’avantage d’allier, à coup sûr, précocité, tenue et classe nécessaire afin d’effectuer ensuite une carrière «classique». Un terme d’ailleurs souvent galvaudé, dans le sens où peu de courses sont réellement «classiques». Disons plutôt que ces demoiselles sont alors prédisposées à un bel avenir au niveau des Groupes I, ce qui se fait de mieux chez nos amis équidés.

Et cela fait longtemps, très longtemps qu’il en est ainsi. Imaginez que la première course disputée à Chantilly, sur la pelouse du Château, eu lieu le 15 mai 1834. Elle était réservée à des pur-sang de tous âges, nés et élevés en France. Le Diane, quant à lui, est né en 1843, l’avant veille du Jockey-Club. Il se disputait déjà sur 2.100 mètres et son allocation était de 6.000 francs (850.000 euros aujourd’hui).

Le Quinté en vidéo

sdarras

Arrivées et rapports du Quinté