RMC Sport

La question du jour : Le Hero-Call, raison ou folie?

Antoine Vannini, consultant poker RMC

Antoine Vannini, consultant poker RMC - -

Comme chaque lundi un professionnel de l'antenne soigne votre poker. Cette semaine, le consultant de l'émission "Docteur Poker" Antoine Vannini décrypte ce geste un peu fou au poker, le "Hero-call".

Davidi Kitai et son hero-call de génie

C'est un fou, c'est un génie, c'est un allemand ! Non, c'est un belge !

Il ne reste bien plus que Phil Hellmuth pour prétendre ne pas connaître le diable rouge Davidi Kitai, l'homme à la triple couronne et aux trois bracelets WSOP.

Après s'être offert plus d'un demi-million d'euros sur le high-roller à 25.000€ de la grande finale EPT à Monaco, puis avoir remporté la première édition du Sismix organisé par son sponsor au W rouge à Marrakech, c'est sur l'event 15 des WSOP 2014, un six-max à 3000$ que Davidi a glané sa troisième breloque.

Mais au-delà de ce palmarès et des 5 millions de dollars de gains bientôt atteints, c'est avant tout par sa manière que Davidi émeut les foules. S'il reconnaît se servir du online comme d'un laboratoire, quitte à s'envoyer trop souvent en l'air, en tournois live, sa stratégie, son comportement, son adaptation et surtout sa lecture le hissent vraiment au sommet de la hierarchie actuelle du poker mondial.

Déjà, son heads-up contre Andrew Chen en finale de l'EPT Berlin de 2012 nous avait offert un des plus beaux hero-call, avec A3 de trefle contre 42 de cœur sur une relance river de l'américain sur un tableau 7J59T.

Mais Davidi a décidé de placer la barre un peu plus haut, enfin un peu moins haut en l’occurrence, en payant coup misé flop, turn et river avec dame-haut.

Explications :

Niveau 25000 / 50000 / 5000 d'ante. Il reste 3 joueurs, Davidi paye juste Q4 de trèfle au bouton, completé par la SB Vayo, et check de la grosse blinde Ruberto avec 85 de carreaux.

Le flop s'ouvre A carreau J carreau T trèfle.

Ruberto décide de donk-bet 95000. Davidi paye juste avec son tirage ventral et flush backdoor, et Vayo fold.

La turn est le 2 de carrreau.

Ruberto mise une seconde fois, 195000, Davidi paye toujours, fort de son tirage trèfle et de sa hauteur dame.

River doublette du Dix qui ne fait pas rentrer de couleur.

Troisième mise de Ruberto, 515000 jetons cette fois.

Le belge ne va pas réfléchir plus d'une minute, il paye rapidement, et son adversaire ne peut que constater l'outrage qu'il vient de subir en jetant sa hauteur 8.

Pourquoi? Quand? Comment?

Maintenant, décortiquons ensemble ce coup. La séquence préflop est importante, puisqu'elle élimine les meilleures mains de l'éventail de Ruberto, qui n'aurait jamais check AT, AJ, AA, TT, JJ, KQ, AQ ou AK ici. Il va surtout posséder des tirages couleurs, et des tirages quintes.

Il n'y a aucune raison qu'il donk-bet une paire de valets ou de dix ici, donc il va rester TJ dans sa range de check preflop, encore faut-il qu'il décide de le miser au flop, et nous disposons d'une très bonne équité pour payer contre ces mains au flop ou à la turn.

Contre les tirages couleurs, nous ne sommes battus river que par Roi-x à carreau, et nous partageons contre Dame-haut. Nous battons tous les tirages quintes.

Enfin, notre adversaire va tout le temps miser trois fois ses tirages manqués, tandis qu'il cherchera plutôt à profiter de la valeur de sa main à l'abattage s'il a touché une paire quelconque.

Au final, on décide de payer en se sachant derrière quelques tirages et mains jouées bizarrement, mais on domine l'éventail global de notre adversaire.

Attention, un hero-call doit être une déduction logique des paramètres dont nous disposons, il ne s'agit pas de se donner des raisons de payer des mains qu'on doit coucher mathématiquement, « parce qu'on a décidé de mettre notre adversaire sur AK ou qu'on sent qu'on a la meilleure main ».

En attendant d'avoir le génie de Davidi ou la bankroll de Daniel, mieux vaut sagement jouer les serrures et coucher nos dames-high.

JS et AV