RMC Sport

Le Squeeze au poker.

-

- - -

Comme chaque vendredi un professionnel de l'antenne soigne votre poker. Cette semaine, le joueur professionnel Valentin Messina vous dévoile les secrets d'un bon "squeeze"...

Au poker, vous ne pourrez pas compter uniquement sur vos belles mains pour gagner de l’argent ou remporter des tournois. Il vous faudra aussi prendre de nombreux pots autrement, grâce à ce que l’on appelle des moves.

Le squeeze ou squeeze play est un de ces moves stratégiques importants à maitriser. Il est aussi bien utilisé en tournoi qu’en cash game. Ce move s’élabore en prenant compte de multiples facteurs et repose également sur une bonne lecture de ses adversaires.

Anatomie d'un squeeze

Un joueur agressif effectue une relance en milieu de parole et le joueur au bouton se contente de payer la relance adverse. Vous êtes de grosse blinde avec QJ (les 2 à carreau). Le pot est déjà substantiel avec la small blind, votre big blind, les relances effectuées par vos deux adversaires et éventuellement les antes. La situation est idéale pour tenter un squeeze afin de récupérer tout l’argent qui se trouve déjà dans le pot. Selon la profondeur de votre tapis, vous pouvez soit effectuer une sur-relance classique de l’ordre de 3 fois la dernière relance ou faire directement tapis si vous êtes shortstack. De ce fait, vous appliquez une énorme pression sur le relanceur initial, le forçant à abandonner souvent sa mise, celui-ci ne pouvant que vous suivre ou vous sur-relancer avec une main de premier choix.

Comment réussir un squeeze

• Le metagame

En reprenant l’exemple ci-dessus, vous avez profilé vos adversaires et avez catalogué le relanceur initial comme un joueur large agressif. Vous en déduisez que ce joueur qui relance beaucoup de mains tente d'exploiter la position tardive pour voler les blindes, et cela en dépit de la force de sa main. Il aura donc plus souvent une main faible qu’une premium. L’autre joueur, qui a simplement payé au bouton, pratique un style serré agressif, jouant peu de mains et sur-relançant toujours avec ses premiums. De ce fait, le joueur en payant simplement la relance représente souvent une range de mains moyennes du type connecteurs assortis ou petites paires. Avec une position favorable au bouton, il souhaitait simplement voir le flop pour pas cher. Dans ce cas de figure particulier, une sur-relance de votre part atteindra souvent l’objectif escompté, à savoir remporter le pot de suite. En effet, il y a de fortes chances que le relanceur initial jette sa poubelle, imité dans la foulée par le deuxième joueur qui n’a jusqu’à présent montrer aucune force particulière dans ce coup.

• Votre image

La réussite de votre squeeze repose également sur votre image. Si vous avez sur-relancé beaucoup de mains et disposez d'une image de maniaque, vos adversaires ne vous accorderont aucun crédit et votre sur-relance en squeeze sera payée voir éventuellement sur-relancée. Si au contraire vous vous êtes forgé une image de joueur solide et serré, vous serez respecté par vos adversaires et vos squeezes passeront plus facilement.

• La Fold Equity

Le squeeze repose aussi sur la fold equity. Cette fold equity découle en grande partie de votre image à la table mais également de la taille des tapis. Plus votre image est serrée, plus vous pourrez vous octroyer de la fold equity. Le fait de couvrir le tapis de vos adversaires vous permet de jouir également d'une belle fold equity. Un joueur ayant moins de jetons que vous réfléchira à deux fois avant de vous payer sous peine d'être éliminé du tournoi.

Quelles mains pour tenter un Squeeze

La valeur de votre main a peu d'importance finalement puisque ce sont les critères de metagame et de fold equity qui définissent principalement le squeeze. Vous pouvez donc effectuer un squeeze avec n'importe quelles cartes. Cependant, vous pouvez, pour limiter les risques, appliquer une sélection de mains particulières. Les connecteurs assortis sont des mains intéressantes pour tenter des squeezes. Dans notre exemple, nous détenons QJ (les 2 à carreau), une main qui nous permettra de connecter souvent avec le board en touchant une quinte ou une couleur si notre squeeze est payé. Contre AK, nous disposons de deux cartes vivantes et sommes dans une confrontation à 60/40. Contre une paire inférieure au valet, nous sommes en situation de coin flip.

Tenter un Squeeze avec une petite paire servie est également indiqué puisqu'on se retrouvera en situation de coin flip si on est éventuellement payé par un joueur armé de AK ou AQ. Contre une paire supérieure, nous conservons tout de même une équité de 20%.

N'hésitez pas à pratiquer le squeeze dans vos tournois ou lors de vos parties de cash game. Le poker est un jeu où l’agressivité prime et le squeeze est une arme offensive par excellence.

VM