RMC Sport

"Je ne me considère pas comme un joueur pro."

-

- - -

A 52 ans, Jean Philippe Rohr est un véritable touche-à-tout. Après une carrière footballistique à Metz, Monaco et Nice et 2 titres de champion de France de backgammon en 1999 et 2005, il est devenu l'un des joueurs de poker français les plus reconnus sur le circuit mondial. Cette semaine il était l'invité de Docteur Poker sur RMC.

"Battre Barcelone, c'était un rêve."

“J’ai d’abord été joueur professionnel de football de 79 à 91 ou j’ai joué à Metz, Monaco et Nice. Mais c’est en Lorraine que j’ai vécu mes plus belles années. En 1984, on remporte la Coupe de France et on bat Barcelone au 1er tour de la Coupe de Coupes. Je m’en rappelle encore très bien. On perd 4-2 chez nous à l’aller ou on a l’impression d’être des juniors. Il y a prescription aujourd’hui mais à la veille du match retour nous somme sortis boire des verres jusqu’à 1h30 du matin. Le lendemain on prend un but au bout de 10 minutes et on se dit qu’on va rentrer les valises pleines. Mais finalement Toni Kurbos nous permet de mener 2-1 à la mi-temps. Et puis l’exploit se réalise, on l’emporte 4 à 1. Ce soir là, Vilas et Wilander, présents en Espagne pour un tournoi, étaient venus à notre hôtel nous réclamer des autographes. C’était incroyable.”

"J'ai été 2 fois champion de France de Backgammon."

“J’ai arrêté ma carrière à 31 ans à cause d’une blessure. Mais avant d’arriver au poker, j’ai découvert le backgammon. C’est un jeu passionnât que j’ai appris à aimer sur la plage. Après avoir beaucoup perdu au début, j’ai eu envi de comprendre mes erreurs, de m’améliorer. c’est François Tardieu qui m’a appris la complexité du jeu. Après, une fois que je suis lancé, je ne peux plus m’arrêter. Quand je décide de m’investir dans quelque chose, je ne le fais jamais à moitié. J’ai beaucoup travaillé et j’ai été sacré 2 fois champion de France en 99 et 2005. J’ai même fait une demi-finale des championnats du monde à Las Vegas.”

"Il y a 6 ans encore, je ne savais pas ce qu'était un brelan."

“Et puis comme Gus Hansen, Bruno Fitoussi ou Arnaud Mattern, tous joueurs de backgammon, j’ai découvert le poker. Il y a 6 ans encore, je ne savais pas ce qu’était un brelan. J’ai de nouveau appris avec mon ami François Tardieu, ancien coach de Poker Strategy. J’ai d’ailleurs eu de la chance qu’il soit un ami car cela ne m’a rien couté (rire). J’ai découvert une discipline qui m’a permis de retrouver l’esprit de compétition qu’il y avait dans le foot. L’adrénaline toutes ce choses que l’on ressent en tant que sportif de haut niveau. Aujourd’hui, quand je rentre dans un tournoi, j’ai toujours la boule au ventre pendant les premiers niveaux. Et puis, il y a ce plaisir de gagner, d’être performant. J’aime déguster un bon repas quand je suis qualifié pour un Day 2. J’ai l’impression d’avoir déjà gagner le tournoi.”

"Ma 6ème place au Partouche Poker Tour en 2008."

“Je me suis dit que j’allais pouvoir me mettre sérieusement au poker après ma 6ème place au Partouche Poker Tour en 2008 (ndlr: gain de 123.000 euros). Et en même temps, je pense que je n’étais pas bon du tout à ce moment là. J’ai été très sérieux mais avec beaucoup de réussite. J’ai essayé de tenir et l’esprit de compétition m’a beaucoup aidé à atteindre la table finale. Mais ce n’est qu’après avoir discuté avec quelques joueurs pros que j’ai compris que le poker n’était qu’une multitude de petites choses et de détails qui demandaient un travail énorme.”

"Je ne me considère pas comme un joueur pro."

“Aujourd’hui, je ne me considère pas comme un joueur professionnel. Je travaille depuis une vingtaine d’années dans le sud. J’achète, je rénove et je revends des maisons. J’aime faire des tournois plus que de jouer en cash game. Je fais 20 à 25 tournois par an et je ne reste jamais après avoir sauté d’un évènement. je retourne tout de suite à mon vrai travail. Mon prochain rendez vous sera au Cercle Cadet la semaine prochaine à Paris et j’espère ne pas rentrer dans le sud trop tôt (rire).”

JS