RMC Sport

18/05 Didier Mengo

Le bravo : à l’Inter bien sur qui remporte un quatrième titre consécutif . Un titre mérité et de valeur car la concurrence de la Juventus et du Milan Ac était, sur le papier du moins, redoutable. Mourinho a obtenu certes le strict minimum étant donné que c’était pour faire quelque chose en Champions que Moratti l’avait appelé à la place de Mancini (qui, au demeurant, pratiquait un calcio plus spectaculaire). Mais gagner dès la première saison en Italie est une belle performance pour un entraineur étranger.

La loupe : attention, le championnat n’est pas fini. La Fiorentina fait une fin de saison tonitruante ; la troisième place voir la deuxième est encore à la portée de la viola ; le Milan et la Juventus doivent donc faire attention (surtout la Juve) car terminer quatrième cela veut dire devoir passer par le tour préliminaire de la Champions. Un grave handicap en Italie car il faut être prêt début Aout (même si la serie A commencera un peu plus tôt que d’habitude, le 23 aout 2009). Mais surtout cela perturberait énormément leur mercato car la garantie des recettes Champions serait décalée de fin mai à fin Aout, une catastrophe pour monter une équipe hyper compétitive. En bas de classement, Lecce a pratiquement perdu toute espoir de maintien ; la Reggina, Bologne, le Toro et Chievo vont devoir batailler pour rester en Serie A (2 d'entre eux descendront). Une serie A que Bari et Parme retrouveront la saison prochaine.

Coup de gueule: la classe est quelque chose d'inné ! ou on l'a, ou on l'a pas. Ce n'est pas moi qui vais apprendre au public français que Materazzi ne l'a pas, loin s'en faut. Mais ce charmant personnage aime bien régulièrement se rappeler à nos bons souvenirs. Samedi soir lors de la parade de l'Inter dans les rues de Milan, il a brandi une banderole sur laquelle était écrit, je cite: "Ambrosini, dans mon c.... il y a encore de la place" avec un dessin explicite montant de 17ème scudetto gagné par l'Inter. Ce message était une réponse à la banderole (toute aussi classe d'ailleurs) que le milieu de terrain du Milan AC avait brandi lors de la parade dans les rues de Milan après la victoire en Ligue des Champions en 2005, par laquelle il expliquait que le titre de champion d’Italie gagné par l’Inter quelques jours auparavant ne valait rien à coté d’une Champions (« le scudetto, mets le toi dans le c… »). Ah, j’oubliais, hier un journaliste a demandé des explications à Materazzi ; réponse : « un supporter m’a donné la banderole, je l’ai lu, j’ai trouvé çà bien et j’ai pensé que c’était une bonne idée de la faire voir à la foule ». Vraiment sans commentaire !

Didier