RMC Sport

25/05 Fred Hermel

ETO’O A BESOIN D’AMOUR

Sale week-end pour celui qui reste, selon moi, le meilleur attaquant de pointe du monde : Samuel Eto’o. Le Camerounais du Barça, alors leader du classement des buteurs de la liga, s’est fait dépasser par un Diego Forlan en pleine bourre. L’Uruguayen de l’Atlético de Madrid compte désormais 31 buts (deux de plus que Eto’o) et semble bien parti pour accrocher le deuxième soulier d’or européen de sa carrière. Franchement, je suis déçu pour l’ami Samuel, un mec qui mérite tous les éloges du monde mais qui n’est jamais reconnu à sa juste valeur. A commencer par le Barça qui a fait de lui l’éternel « number two » comme le dirait mon ami Philippe Auclair. A l’époque où Franck Rijkaard était entraîneur des « Blaugranas», c’est Ronaldinho qui recevait tous les prix, tous les honneurs et qui était le mieux payé du club espagnol alors que…

Samuel Eto’o offrait les victoires avec des buts en pagaille. Rebelote sous l’ère Pep Guardiola. Tout le monde parle de Messi et l’Argentin apparaît à la première place du classement des salaires du Barça. Pourtant, c’est de nouveau le Camerounais qui est le plus décisif dans les triomphes de l’équipe barcelonaise. Et je suis persuadé que, si mercredi les Catalans gagnent la Ligue des Champions, ce sera grâce à Samuel pas à Messi. Samuel Eto’o se sent comme dans la chanson de Claude François. Il est « le mal aimé ». Quelle injustice…

Fred