RMC Sport

Le temps d'un week-end : les affiches

Alors que la vague de grand froid qui gifle l'Europe a déjà privé le football d'AS Rome-Inter, le Jour d'après (c'est-à-dire demain), pourrait voir la Ligue 1 amputée à son tour de quelques matches. Point d'agacement, comme chaque semaine, les voisins sont là, bonnets enfoncés jusqu'aux yeux et doudoune sur les épaules. Au coin du feu, ils sauront vous réchauffer d'un peu de ballon en ces temps glacials. Preuve que le football peut, lui aussi, avoir le coeur sur la main ; du moment, bien sûr, qu'elle est collée au corps.

L'Angleterre s'est relancée en début de semaine et propose un beau programme avec en tête d'affiche les deux Manchester. City tentera d'éviter le film catastrophe samedi face à Fulham et United devra la jouer blockbuster dimanche pour battre un Chelsea en mode série Z depuis le début de la saison. Favori pour le BAFTA du meilleur second rôle cette saison, Tottenham ne veut pas se laisser distancer et part donc en mission suicide face aux Peaux-Rouges d'Anfield. Les Spurs le savent bien, tous n'en reviendront pas. Mais c'est le risque, lorsque l'on s'en va guerroyer aux côtés d'une gâchette telle que Dirty Harry.

La saison des Clasicos enfin chassée par l'hiver, l'Espagne repasse ses vieux succès. Pas de rencontre au sommet, pas de drame, pas de suspens, juste quelques beaux matches. Athletic Bilbao-Espanyol Barcelone, Barça-Real Sociedad et le duel des seconds couteaux : Atletico Madrid-Valence. Modestement, la Liga sort par le haut d'un week-end qui aurait pu lui être fatal, tant les calendriers de ses voisins semblent riches.

L'Italie, par exemple, ne se prive pas de fanfaronner. Même sans son clou du spectacle, annulé pour cause d'intempéries, la Série A saura captiver votre imaginaire avec un Fiorentina-Udinese pour le choc des cultures et un AC Milan-Naples pour la lutte des classes. Privés de victoire depuis quatre matches en championnat, les sudistes végètent à la septième place du classement, six points derrière l'Inter et à onze longueurs du podium. Les Azzurro sont donc définitivement décrochés, loin de pouvoir encore sauver leur saison. Alors, perdu pour perdu, qu'ils se souviennent que "lorsque c'est tout ce qu'il vous reste, la chute est importante". Le lion en hiver disait cela. Vu le climat, autant lui faire confiance...