RMC Sport

OM: Après le "champion's project", le "passion project"?

Corentin After La Revue

Corentin After La Revue - After La revue

Après le beau nul obtenu par l'OM à dix contre onze en fin de match à Montpellier, il est temps de faire un premier bilan de l'arrivée de Sampaoli au club. Y a-t-il une vie après l'échec du Champions Project ? Peut-on croire en Sampaoli sans pâlir ? Corentin, 21 ans, résidant depuis plusieurs années à Toulouse mais supporter invétéré de l'OM et abonné à la revue de l'After Foot nous donne son sentiment, plutôt positif, sur ce sujet. Retrouvez tous les articles des abonnés de After Foot la revue sur Afterfoot.media

Une équipe moyenne, des joueurs en surrégime mais concentrés et concernés. Le jeu n’est pas flamboyant mais les joueurs sont appliqués. La confiance est là car on enchaîne les victoires. Les supporters sont contents car on gagne. Les critiques sont plutôt bonnes car on gagne. Et le romantisme et le beau jeu dans tout ça ? On s’en fiche, On gagne ! Dans le foot moderne, c'est la seule chose qui compte : les trois points. Alors quand surviennent les première défaites, les premiers doutes, la confiance de tout le groupe s'érode peur à peu et la descente aux enfers commence. Cela s'accompagne des premiers moments de crise parfois freinés par l’utilisation de "ressorts psychologiques". Malheureusement pour les coachs, quand la méforme commence à s'installer et le doute à étendre son empire, la menace de l'éviction n’est pas loin. C’est ce qui s’est passé à Marseille avec Garcia puis AVB. Une fois que les résultats ne sont plus là, on se rend compte de tout ce qui n'allait pas et de tout ce qu'on ne voulait pas voir. Et l'entraîneur se retrouve isolé.

Voilà 4 ans que Frank McCourt a racheté le club et, je dois le reconnaître, j’ai cru au renouveau, j'ai cru au "champion's project". 200 M€ investis, un mélange de joueurs d’expérience, de joueurs vedettes, de jeunes prometteurs etc … tout cela semblait cohérent. Une lueur brillait sur le Vieux-Port. Un vent nouveau. Un souffle d’espoir. Tout cela est vite parti en fumée. Jacques-Henri Eyraud s’est hâté de réduire à néant nos espoirs et de montrer l'étendue de son incompétence à chacune des ses prises de parole. Pour l'ensemble de son œuvre et compte tenu de la révolte des supporters, les investisseurs n'avaient pas d'autre choix que de le renvoyer. Coup de tonnerre ! L'espoir renaît ! JHE dehors ! Longoria nommé président ! Sampaoli entraîneur ! Changement de cap au niveau du projet avec un recrutement plus ambitieux: Milik, Cuisance et Ntcham étaient des cibles hors de portée de l’OM il n'y a pas si longtemps. L’organigramme bouge un peu et surtout plus de Eyraud !

On connaît Sampaoli. Son expérience, son admiration pour Bielsa. C’est presque son fils spirituel ! Après l’idole des années 2010, voilà son disciple en 2021. Comment ne pas être heureux ? Comment ne pas y croire ? Mais, sentiments mis à part, Sampaoli, c'est un sélectionneur qui a gagné 2 Copa America avec le Chili et qui est parvenu à s’expatrier en Europe. Il n'a pas démérité lors de son passage à Séville, tant du point de vue du jeu que sur le plan comptable. On l'imaginait rester là quelque temps pour faire progresser l'équipe avant de partir entraîner une grande équipe.

Mais les sentiments l'ont emporté et il a accepté de devenir le sélectionneur de l'Argentine avant d'échouer en Coupe du monde. Son élan est brisé. Il passe brutalement du statut d'entraîneur prometteur à celui de tocard. Toutefois, il se relance dans un championnat mineur et le voilà maintenant à l'OM. Une chance ? Pour moi oui et des deux côtés. 

Nul ne peut prévoir l’avenir, mais les Marseillais adorent le foot et ils aiment l'engagement! Ils aiment voir Rolando mettre une tête rageuse à la fin d’une demie de C3. Ils aiment voir Barton provoquer Ibra. Ils aiment les dribbles d’Abedi Pelé, les "papinades" ou autres missiles de Taiwo. Ils aiment voir Brandao finir une finale de coupe la tête bandée et marquer en prolongations contre l’OL. Ils aiment les ouvertures de Cheyrou ou Lucho mais également les crochets délicieux de notre petit vélo international, Mathieu Valbuena. Bref, les Marseillais aiment le beau jeu et les joueurs qui se donnent à fond. Ils veulent des joueurs qui mouillent le maillot.

C'est ça la promesse Sampaoli. Ce n'est pas un coach qui est dans le calcul, c’est un passionné. Il ne cherche pas à tout prix les trois points, il veut voir du beau jeu et en offrir aux supporters. On ne croyait plus à l’arrivée d'un tel entraîneur. Certains disent déjà qu'il ne restera pas longtemps. Mais combien de temps sont restés ses prédécesseurs ?

Avec Sampaoli, on a la chance de réapprendre à aimer le foot, le vrai. Il ne réussira sans doute pas tout mais il essaiera. Il va apporter cette touche de romantisme et de "grinta" dont notre championnat a tant besoin.

Est-il venu pour Bielsa ? Quel sera son bilan ? S'intègrera-t-il facilement au sein du club ? On ne sait pas mais la seule chose qui compte c’est que nous avons enfin oublié le Covid, Eyraud ou Garcia sur la Canebière. Et on reparle enfin de jeu. Et d'espoir.

Corentin, abonné à la revue de l'After