RMC Sport

Polo 18/08

Polo vous fait un round-up de la Bundesliga!

Western choucroute (Teil 2)

Achtung ! ça tire de tous les côtés !!!

Pour de plus amples informations sur le Western choucroute, s’adresser au Saloon (Teil 1)

Jeune et con !

Je sais, je sais, c’est facile d’emprunter à Damien Saez l’un de ses titres mais c’est justement en écoutant le seul véritable artiste engagé français (de mon point de vue) que j’ai trouvé un rapport entre le transfert de Mezut Ozil et l’auteur-compositeur doué découvert par William Sheller. Ce départ au Real était avant tout un secret de polichinelle car le désormais ex-joueur du Werder s’entraînait avec l’équipe B et surtout on apprit assez vite qu’une petite party entre joueurs avait été célébrée dans les vestiaires après la victoire en Coupe d’Allemagne …dixit Borowski. Les dés depuis étaient jetés.

On notera la « grande classe » du Real durant ces négociations, lequel par la voix de Valdano, s’épancha bien largement à travers la presse allemande au sujet des avancées et conditions requises pour leur future proie. Ce qui fit dire à Allofs que chacun avait "son propre style"…Un message plein de sous-entendus…En clair si le Real Madrid pouvait s'acheter un kit éducatif à Noel…cela plairait à beaucoup de monde…

Mais passons je voudrais m'attarder quelque peu sur Mesut Özil qui, alors qu'il n'est encore qu'un joueur pétri de talent mais en devenir, choisit de partir dans un club pour être, dixit Mourihno, la doublure de Kaka (il est vrai blessé jusqu'à fin décembre). On ajoutera que le Werder Bremen était en négociation pour un prolongement depuis près d'un an et qu'à chaque fois qu'un accord était proche, l'affaire capotait. On se rappelle aussi que le "successeur de Zidane" (ainsi présenté par la presse madrilène) était déjà parti en urgence du club de sa ville natale, Schalke. Plutôt que de prolonger d'un an son contrat en contrepartie d'un bon de sortie forfaitaire, d'acquérir de l'expérience en LDC en étant sûr d'être titulaire dans une équipe arrivant à maturité, Mesut Özil a préféré rejoindre, à 21 ans, un club connu pour l'épanouissement des jeunes (j'ai une quinte de toux subitement). Un bon choix de carrière ? l'avenir nous le Khedira ! De son côté le Werder Bremen a empoché une coquette plus-value (le Brésilien Weisley de Santos FC pourrait être présenté cette semaine) et évite une "Chamakh"

Une coupe de Sekt !

Certes ce n’est pas le champagne de La ligue des Champions ! Mais comme on le dit en Allemagne "cette coupe-là a ses propres lois". Les petits peuvent toujours battre les grands…Lors de la finale de la coupe en 1973 entre Köln et Mönchengladbach, en partance pour le Real Madrid (décidément), l’énormissime Gunter Netzer se voit confiné sur le banc par Hennes Weisweiler, son entraîneur, alors que son rival en équipe nationale Wolfgang Overath, l’autre énormissime du côté des boucs, se bat dans l’équipe adverse. Après 90 minutes passées à grommeler, l’ « idole des poulains » entre en jeu et deux minutes après marque un but d’un phénoménal tir du gauche. 2-1 score final. Özil, Netzer : vive la filiation des grands numéros 10 allemands !

On retiendra que deux clubs de Bundesliga sont au tapis, tombés ce week-end. Sankt Pauli et Hannover 96. Comme par hasard, ces deux clubs ont éprouvé des difficultés lors de leur préparation (cf. paragraphe suivant). Friburg souffre contre le club du vieux Ailton (oui, oui, l'ex fat boy Adriano du Werber Bremen), Stuttgart, Mainz, Wolfsburg et Shalke sont toujours hésitants, alors que quelques favoris sont fin prêts pour la reprise. Le Bayern (avec un but de Ribéry), Hamburg avec un triplé de Van The Man, Hoffenheim, le Werder mais surtout Leverkusen avec un 11-1 infligé à son malheureux adversaire (FK Pirmasens, le trifouillis les oies de l’Oberliga Südwest). On n’oubliera pas non plus l’excellente logistique du calendrier allemand puisqu’avant la trêve hivernale on connaîtra déjà les huit quarts de finalistes restants.

Abstiegskampf !

Comme chaque année, il y aura donc 2,5 équipes qui descendront… Il faut compter bien sûr avec le match de barrage et cette seizième place synonyme de ligne de flottaison. Aux yeux de nombre de pays cet aller-retour serait perçu comme deux rencontres supplémentaires. Mais comme la BL ne comporte que 18 clubs , il a surtout l’avantage d’éviter les matchs bidons de fin de saison, pour les équipes en bois qui n’ont plus rien à offrir ni à espérer.

Sankt Pauli

Premier candidat à la descente, bien entendu, le club du Millerntor. Mais comment ne pas ressentir de l’affection à l’égard des Pirates libre pensants qui défendent des valeurs populaires, anticapitalistes, anti corbeaux, réprouvent l’argent facile et les xénophobies de tous ordres. L’équipe s’est renforcée à l’intersaison avec le jeune espoir péruvien Zambrano et l’ex-international Asamoah. Sauf que ce dernier est blessé et sera absent tout le début de saison. De toute façon, « Saint Paul la dépravée », ne pourra se sortir des enfers qu’au prix d’un effort collectif, du respect des valeurs profondes du club et avec l’aval de ses supporters. Rappelons que l’historique Président Littmann a, à la surprise générale, cédé son siège le 19 mai.

FC Kaiserslautern

Tout le monde s’en souvient, l’équipe est reléguée lors de la saison 1995-1996 notamment avec Andreas Brehme dans l’effectif (un traumatisme faiblement compensée par une victoire en Coupe d’Allemagne). Lors de la saison suivante le Roi Otto prend l’équipe en mains, gagne la Zweite Liga puis la BL en 98. Champion l’année dernière à l’étage inférieur, il semble bien difficile de rééditer le même exploit. Mais dans un système en 4-4-2 où la plupart des postes importants sont doublés, les "roten Teufel" disposent de toutes les armes afin de s’en sortir. On suivra plus spécialement le gardien international espoir Sippel.

FC Nuremberg

Le spécialiste des barrages de ces deux dernières saisons est fort logiquement un candidat à la descente. D’autant plus que l’argent manque. Il faut donc être astucieux. Bunjaku sera-t-il aussi efficace que l’année précédente ? Comment remplacer Ottl, Diekmaier, Choupo Moting ? Schieber l’attaquant de l’équipe espoir allemande sera-t-il au niveau ? Mais surtout Gündogan doit exploser ! On distinguera tout particulièrement l’arrivée d’un joueur que je suis depuis une quinzaine d’année, le belge Simons.

Hannover 96

L’équipe s’en est sortie par miracle l’année dernière. Les tensions internes sont vives et la préparation catastrophique. Le grand Mario Basler, jamais avare de petits tacles, l’a résumé à sa façon : "entre Schmädtke et Slomka c’est comme entre les gens de l’Ouest et de l’Est avant la Réunification, il ne manque que le mur entre eux !" En clair aucune communication et on voit mal l’un survivre à l’autre, à court terme. Côté terrain, c’est le Zoff, comprenez la foire d’empoigne avec le je t’aime moi non plus pour le transfert du meneur de jeu Elson de Stuttgart, les deux ex-espoirs Hanke et Schlaudraff sont titulaires mais peuvent partir – ils sont demandés à la porte sortie de toute urgence – et les anciens qui tenaient la baraque ont déjà mis les bouts. Hannover ou le remake 2010 de « Titanic » ?

FC Freiburg

C’est le club le plus francophone de la BL. L’effectif a perdu cependant son buteur Idrissou parti a Gladbach. Rappelons simplement que c’est grâce au gardien français Simon Pouplin que Freiburg s’est sauvé l’année dernière. Conscients de leur fragilité, les joueurs se sont faits à la mécanique de l’ascenseur. Un FC Freiburg sans culture de 1ère ou seconde Liga mais exactement….à mi chemin. Un statut qui reflète un manque d’ambition ou bien juste la réalité sèche d’un entre-deux économique ?

FC Köln

Le Zoff permanent, le vrai grand "Karnaval" ! Tosic est retourné à ManU. Maniche et Womé ont été libérés, ne s’identifiant guère au club. Le buteur Novakovic auteur de 16 buts il y a deux saisons ne s’entend pas sur le terrain avec Podolski. Alors l’entraîneur Soldo décide de changer de meneur de jeu en mettant le "Prinz Poldo" en n°10 dans un 4-4-2 en losange ! Oui vous avez bien lu ! Vous m’aurez compris, dans un club à la recherche de son passé avec des supporters brûlants et aux dissensions en interne (entre les joueurs itou) on obtient avec ces ingrédients le cocktail parfait pour l’explosion de l’année. La mascotte, le bouc Hennes, souffre encore de ses problèmes de vessie de la saison passée et il risque fort la prostate pour cette année.

Demain Teil 3…le match Werder-Samp, les clubs du milieu de tableau et les bides possibles !

Vous êtes bien en Bundesliga, le plus grand championnat, sain financièrement d'Europe.

POLO