RMC Sport

Capitaine Larqué : "Une équipe moyenne dans un football moyen"

Capitaine Larqué était présent dans Coach Courbis ce mercredi afin de décrypter l'interview de Laurent Blanc qui était l'invité exceptionnel de Luis Attaque. Le sélectionneur des bleus a notamment déclaré que son 4-4-2 ne serait pleinement efficace qu'avec un joueur au coeur du jeu capable d'allier des qualités défensives et offensives, citant au passage le joueur d'Arsenal Abou Diaby.

" On parle de 4-4-2 et de 4-3-3. Mais j’ai l’impression que l'on retombe là, avec l'attente de l’avènement du messie qui en l'occurrence s’appelle Abou Diaby, dans les travers de l'équipe de France avant les matchs contre les Etats-Unis et la Belgique. Contre les Etats-Unis, nous avions une association que tout le monde attendait avec impatience entre Kevin Gameiro et Karim Benzema. Alors je ne dis pas que c’est à cause d’eux, mais au travers de la performance de l’équipe cette association a fait "pshit". Cela n’a pas fonctionné. En fin de match contre les Etats-Unis, il y a eu les entrées de Marvin Martin et Loïc Remy qui ont dynamisé le match. Mais lors du match contre la Belgique, Martin et Rémy débutent comme titulaires. Alors, une fois de plus, je ne dis pas que c’est à cause d’eux que le match s’est terminé par un 0-0 et que le spectacle était moyen, mais, on va être gentil, le spectacle n’était pas au rendez-vous. Et je crois tout simplement que là, avec Diaby, on est en train d’attendre ce que l'on attendait pour Benzema-Gameiro ainsi que pour Rémy-Martin, sauf que là on attend Diaby. Je le dit honnêtement, heureusement que dans les 17 matchs sans défaites, il y a un match en Bosnie qui nous a à peu près satisfait. Le reste ça a été laborieux pour ne pas dire parfois ennuyeux. Je pense que nous, les observateurs privilégiés, on vit dans un rêve. L’équipe que l'on a actuellement a atteint non sans mal l'objectif de se qualifier. Mais on a une équipe moyenne dans un football moyen. Et l’équipe de France, je parle des joueurs et de son staff, je ne pense pas qu’elle puisse nous procurer un spectacle très différent de celui qu’elle nous a donné jusqu'à présent."