RMC Sport

Les fous du guidon

Les fous du guidon. C'est le surnom des pratiquants du BMX aux Jeux Olympiques. Alors, moi, je vous avoue, j'étais un peu profane du BMX. Je me suis dit, ah bon ? Mais pourquoi fous ? Après tout, ça ressemble à du VTT, il faut être un peu casse-cou et c'est tout. Alors je suis allée regarder plein de sites consacrés au BMX. Et là, j'ai eu peur. Non, vraiment ! J'ai regardé les équipements qu'il fallait, au cas où j'ai envie de m'y mettre. Alors d'abord : le casque est obligatoire. D'accord, pas de problème. Pourquoi ? Parce que c'est la meilleure assurance pour la tête du coureur, notamment contre les traumatismes crâniens, les lacérations au visage ou les fractures de la mâchoire. Ah oui, quand même... Alors pas de souci, je n'oublierai pas le casque. Quoi d'autre ? Il faut bien protéger le corps pour éviter les plaies trop importantes. Franchement, ça commence à être flippant, cette histoire. Des manches longues, un pantalon long avec des renforcements aux coudes et aux genoux, des gants longs, surtout pas de mitaines car les mains amortissent souvent les chutes. Ah… Donc la chute, ça fait partie intégrante de ce sport, c'est ça ? D'accord. Vous complétez tout ça avec des genouillères, des coudières, des protège tibias... Oh ! Des protège-tibias ? Mais je n'ai pas l'intention de me faire tacler sur une pelouse de foot, moi. Et ce n'est pas fini, attendez : on ajoute un gilet de sécurité pour protéger le torse, la colonne vertébrale et le ventre. Vous êtes sérieux, là ? Je commence à comprendre un peu mieux l'histoire des fous du guidon. Inconscients de la bicyclette, allumés du deux-roues, on peut y aller, oui.

Alors en quoi c'est si dangereux, le BMX ? J'ai regardé les premières épreuves : vous mettez huit concurrents au départ, tous alignés. Ils ont une grille devant eux et au moment du départ, la grille se rabat et, en gros, lâche les fauves. Il ne faut pas avoir le vertige, parce que c'est très haut le départ, pour que les concurrents aient tout de suite une grande descente devant eux. Et ça n'est pas comme vous et moi dans une descente à vélo. Nous, en descente, on en profite pour arrêter de pédaler pour se reposer un peu. Là, les spécialistes du BMX y vont à fond, ils se bagarrent pour être les premiers dès le début de la course, donc il y en a forcément qui chutent. C'est très spectaculaire.

Ceux qui s'en sortent arrivent à 50, 60 kilomètres heure sur la première bosse. En fait, il y a trois bosses énormes qui s'enchaînent, et hop ! Juste derrière, un virage en épingle à cheveux. Moi je ne peux pas m'empêcher de penser à ceux qui ont dessiné le tracé. Ils ont dû bien s'amuser : « Attends, on va mettre un virage impossible à négocier juste après la grande descente, il y aura des chutes dans tous les sens, on va bien se marrer... » Et pour pimenter le tout, vu que le terrain de BMX est en sable, quand vous arrivez à ce premier virage, il y a plein de sable dans vos roues. Donc, il y a quasiment plus de risques de tomber que de ne pas tomber, en fait. En tout, la piste du BMX fait environ 400 mètres, avec des dénivelés, pour que les concurrents se décalent et prennent plus de vitesse. Les meilleurs mettent moins de 38 secondes à faire un tour de piste. Les fous du guidon vous saluent bien, ils n'ont peur de rien.

C'est un sport dangereux et ludique, en fait, le BMX. Je suis d'accord avec vous, voilà deux mots qui ne vont pas très bien ensemble normalement. Contrairement à Michelle ma belle, puisqu'on est au pays des Beatles. Mais en fait, le BMX, plus on s'y met petit, mieux c'est nous disent les spécialistes. Dès 4 ans, c'est possible. Et il y a beaucoup de familles qui viennent s'amuser sur les circuits de BMX, ou qui prennent des vélos pour s'entraîner dans les parcs de skate. Ça marche très bien. C'est peut-être pour ça que nos représentants sont si forts en BMX. Deux filles, deux garçons aujourd'hui en demi-finales de la compétition. Et quatre vraies chances de médailles. C'est vrai qu'on aime les sports jeunes en France. Le snowboard, le skate, les X Games, ce sont des disciplines dans lesquelles nos sportifs ont plutôt tendance à briller. C'est pareil pour le BMX : même pas peur ! Alors on met le casque, les genouillères, les coudières, les protège tibia, et on part à l'assaut de la piste. Franchement, malgré la peur du départ, en regardant le BMX aux Jeux Olympiques, je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne envie de suivre les fous du guidon.

REAGIS A L'ANTENNE EN APPELANT LE 32 16 et n'hésite pas à laisser tes commentaires sur le blog et la page Facebook de l'After !!! Suivez les meilleures déclarations sur le compte Twitter de l'After : @AfterRMC