RMC Sport

Bastareaud et les Néo-Zed tournent la page

Mathieu Bastareaud

Mathieu Bastareaud - -

Quatre ans après son affaire d’agression supposée puis l’excuse de la table de chevet, Mathieu Bastareaud est de retour en Nouvelle-Zélande pour la tournée des Bleus. Bien accueilli, le centre de Toulon veut clore ce chapitre et se concentrer sur le deuxième test-match contre les Blacks, samedi matin.

Il le reconnait volontiers, Mathieu Bastareaud craignait ce retour en terre néo-zélandaise. Il y a 4 ans, la presse et l’opinion publique se déchainaient contre l’ancien du Stade Français, coupable d’avoir inventé une agression dans les rues de Wellington pour justifier un écart nocturne. Mais le joueur de Toulon a vite été rassuré par l’accueil des « Kiwis » : « Je me sens très bien ici. Evidemment, il y avait de l’appréhension au moment de prendre l’avion. Mais dès mon arrivée, les gens ont été très sympas. Maintenant, la page est définitivement tournée, le livre est clos. Je suis venu pour jouer des matchs de rugby, pas pour autre chose. »

A l’époque de « l’affaire », Bastareaud, 20 ans, est l’un des grands espoirs du rugby français mais son comportement lui joue des tours. Quatre ans et un transfert à Toulon plus tard, l’homme a mûri. C’est en tout cas ce que pense Thomas Lombard, membre de la Dream Team RMC : « Je crois qu’il y a eu, du côté de Mathieu, une prise de conscience et des excuses intelligentes dès l’arrivée du groupe France. Il y a eu des erreurs de jeunesse de sa part, c’est quelque chose qu’on peut comprendre, et même qu’on doit comprendre. Toute la nation néo-zélandaise a choisi d’occulter ce qui s’est passé et c’est tant mieux. »

Un joueur qui fait l’unanimité

La polémique enfin enterrée, Bastareaud fait l’unanimité, jusque dans le camp Black. Melody Robison, capitaine des Silver Ferns, l’équipe féminine de Nouvelle-Zélande, est même fan du joueur : « Nous sommes heureux de voir revenir quelqu'un comme Bastareaud parce qu'il est différent des autres athlètes. Il nous rappelle notre joueur Ma'a Nonu. Ici, on aime beaucoup sa façon de jouer. »

Un joueur apprécié, donc, mais aussi craint par les Kiwis, comme l’explique l’ancien Toulonnais et capitaine légendaire des Blacks, Tana Umaga : « Bastareaud a commencé jeune, il a fait des erreurs, mais maintenant, c'est un joueur bien plus mature, et je pense que nous sommes sur le point de voir le meilleur de Mathieu. S'il est sur le terrain samedi, je suis sûr que les All Blacks seront inquiets de voir ce qu'il peut proposer. » Pas sûr toutefois qu’on puisse voir l’ex-banni à l’œuvre puisque « Bastarockett » est gêné par une pointe à la cuisse. Réponse demain avec l’annonce, par Philippe Saint-André, de la composition du XV de France.

A lire aussi :

>> Des souvenirs pour la vie… ou pour samedi

>> Auckland Blues-France : Les Bleus maîtrisent les Blues

>> Saint-André : « On va relever la tête »

>> Nouvelle-Zélande-France : Il y avait la place...

Thomas de Saint Leger, avec Laurent Depré