RMC Sport

Bastareaud : "On s’est tiré une balle dans le pied"

Le trois-quarts centre du XV de France Mathieu Bastareaud, qui faisait son retour après deux ans d’absence, n’a pas digéré la première période de son équipe contre les All Blacks samedi soir (18-38). Et mesure l’écart qui persiste entre les doubles champions du monde en titre et les Bleus.

Mathieu Bastareaud, on imagine votre déception mais l’équipe de France s’est mise en difficulté durant les quarante premières minutes face aux All Blacks... 

Oui, on s’est tiré une balle dans le pied tout simplement. On a subi, on les a regardé jouer. On a, à mon sens, manqué de caractère. Et après, contre des équipes comme ça, c’est difficile de leur courir après.

A voir aussi >> France - Nouvelle-Zélande: Trinh-Duc débutera à Lyon

Que vous dites-vous à la mi-temps ? Que ce n’est pas possible de continuer comme ça ?

Ce qui se passe dans le vestiaire doit rester entre nous. Mais bien sûr, on a pris conscience que si ça continuait comme, ça on allait en prendre soixante. Donc on s’est remobilisé et on a essayé de relever la tête en deuxième mi-temps.

A voir aussi >> France-All Blacks surclasse Danse avec les stars

Est-ce que cette réaction est un élément de satisfaction ? 

Oui, bien sûr. Mais il ne faut pas s’en contenter. Si on veut rivaliser avec les meilleurs, on ne peut pas se contenter de ça. Un match, c’est 80 minutes et on n’en a joué que 40. Il nous reste beaucoup de boulot à faire et là, on voit l’écart qu’il y a entre une équipe championne du monde et nous.

A ce niveau, on se dit que l’orgueil ne suffit pas ? 

On joue une mi-temps en ayant pris 30 points (5-31 à la pause, ndlr). C’est compliqué. Mission quasi-impossible, contre une équipe comme ça… On s’est sabordé nous-mêmes. Il faut être conscient de ça. Et on l’est tous. C’est pour ça qu’on est tous déçus. Quand on regarde la deuxième mi-temps, si on avait fait la même en première…

Vous vous êtes "sabordé" dans quels domaines ?

Je pense qu’on a manqué d’agressivité concernant le jeu au sol. Ils ont pu libérer les ballons rapidement. Et puis en défense, on était trop concentré sur les rucks et en deux, trois passes, on se faisait déborder. On a passé notre temps à leur courir après. On a réussi à rectifier ça en deuxième mi-temps, mais 30 points après… 

Wilfried Templier