RMC Sport

Chabal : « On est en deuxième division ! »

-

- - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Après un Tournoi des VI Nations compliqué bouclé au quatrième rang, le XV de France affiche un visage qui inquiète Sébastien Chabal. Pour qui le statut du rugby tricolore de sélection a baissé.

Trois victoires, deux défaites et une quatrième place sur six. Le tout avec un manque criant de certitudes dans le jeu. A l’heure de tirer le bilan du Tournoi des VI Nations pour le XV de France, difficile de faire pencher la balance du bon côté. « C’est un bilan très moyen. A peine passable, juge l’ancien international Sébastien Chabal, consultant pour le Moscato Show. Tu finis quatrième, ce n’est pas bien. C’est positif sur le plan comptable car tu gagnes trois matches et tu en perds deux. Mais il faut surtout voir la manière… Tu ne peux pas être content de ce qui s’est fait. Les deux matches les plus réussis étaient face aux deux meilleures équipes donc on peut trouver un peu de positif là-dedans. Mais en termes de continuité, de jeu et de cohérence, c’est pauvre. On a du mal à entrevoir l’avenir comme ça. »

Pas même un élément positif à retirer, Seb ? « Rien. Le cœur qu’ils ont parfois montré, c’est le minimum syndical. Quand tu mets n’importe quel maillot, tu es obligé de l’avoir pour ne pas passer à la trappe à tous les matches et tu ne peux pas te satisfaire de ça. Ce n’est pas possible. Après, qu’est-ce qu’on peut dire ? Que quelques joueurs ont confirmé et que c’est bien car il y a eu un gros renouvellement, que certains doivent prendre la place et qu’on voit qu’ils sont en train de s’installer. Ils vont prendre de l’importance dans ce groupe mais il n’y en a encore que très peu. Et sur le contenu du jeu, ce qui nous fait parler, ce n’est pas ça. »

« La tournée en Australie me fait peur »

De quoi s’inquiéter pour la suite, à court comme à long terme. « La tournée en Australie me fait peur, poursuit Chabal. On va jouer trois fois les Australiens et ça va être compliqué. Avant le Tournoi, on disait que c’était une compétition importante qui allait nous révéler des choses. On passe à travers et maintenant on reporte ça sur cette tournée de juin. Il faudrait arrêter de reporter et commencer à voir des choses qui se mettent en place. »

Septièmes au classement mondial, derrière le pays de Galles et devant les Samoa, les Bleus affichent 11 victoires en… 26 matches depuis la finale de la Coupe du monde 2011 perdue face à la Nouvelle-Zélande (8-7), dont neuf succès obtenus contre des nations moins bien classées. Avec 42% de victoires, Philippe Saint-André possède pour l’instant le pire bilan de l’ère professionnelle pour un sélectionneur tricolore. D’où la question provocatrice : la France est-elle encore une grande nation du rugby ? « On peut le dire par notre histoire, notre organisation, ce qu’on a fait jusqu’à présent dans le rugby mondial, estime Chabal. Mais ces statistiques me font dire qu’on est descendu en deuxième division. Aujourd’hui, on est avec l’Ecosse, l’Argentine, le pays de Galles, l’Italie un peu derrière. Devant, tu as les trois nations du Sud et l’Angleterre. Et je mets l’Irlande au milieu, qui est leader de la deuxième division et en train de monter. On est bien classé en deuxième division mais il faut cravacher pour repasser avec les meilleurs. »

A lire aussi :

>> Laporte : "On ne peut pas se satisfaire de finir quatrième"

>> Saint-André : "Je ne me suis jamais senti aussi bien"

>> France-Irlande : promesses presque tenues

Sébastien Chabal