RMC Sport

Charvet : "Dusautoir a fait le bon choix"

Denis Charvet

Denis Charvet - -

Denis Charvet, membre de la Dream Team RMC Sport, rend un hommage émouvant à Thierry Dusautoir, qui a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale avec les Bleus.

Denis Charvet, que vous inspire la décision de Thierry Dusautoir d’arrête sa carrière avec les Bleus ?

C’est un monument du rugby français qui nous quitte, même s’il ne nous quitte pas vraiment puisqu’il va continuer sur les terrains de France en Top 14. C’est la sagesse qui l’a emporté après une mûre et longue réflexion. Je crois qu’il a fait le bon choix. C’était le bon moment. Il n’a pas essayé de faire le match de trop.

Quelle marque laissera-t-il en équipe de France ?

Il a marqué l’équipe de France avec son côté chevaleresque. Il donnait son corps, à l’image de Jean-Pierre Rives. J’aimais bien comparer les deux générations. Il avait du Jean-Pierre Rives en lui, même s’il n’était pas blond et qu’il ressemblait plus à Serge Blanco. Je sais qu’ils s’appréciaient beaucoup. C’était un capitaine courage, un combattant. Il mettait la tête là où les autres ne mettaient pas les pieds ou les mains. Il n’avait pas besoin de beaucoup parler pour être respecté. Ses partenaires disaient qu’il suffisait de le regarder et d’aller dans son sillage. Il nous a apporté toute cette confiance qui nous manquait parfois et ça faisait la différence. On est tous malheureux qu’il quitte l’équipe de France, lui le premier. Il doit être tellement rincé qu’il a besoin de se reposer et de disputer moins de matches.

Pourquoi est-ce un bon choix ?

Parce qu’il a fait le tour de la question. Il a pesé le pour et le contre. Le « pour », c’était de faire le trait d’union entre deux générations. Il faut avoir la force et l’énergie. Il ne l’a peut-être plus en lui. Il a l’âge de la raison. Je lui tire mon chapeau, je l’aime beaucoup. Cette sortie toute en modestie et en sobriété lui ressemble. Il faut se dire que son choix est le bon.

Même s’il termine sa carrière sur un échec en Coupe du monde ?

Certains sont sortis par la porte de l’infirmerie… Il n’a pas eu la bonne sortie mais ça ne veut pas dire grand-chose. Dans sa carrière, il est passé à deux doigts d’être champion du monde (en 2011). On lui a presque volé. Il a été élu meilleur joueur de cette Coupe du monde 2011. Il a été champion de France, d’Europe, il a été gâté, privilégié, mais il ne le doit qu’à lui-même. On ne retiendra jamais la porte de sortie. Ce qu’on retiendra, c’est tout ce qu’il a construit en équipe de France.