RMC Sport

Champions Cup: Montpellier tombe à la dernière seconde à Newcastle

Montpellier battu à Newcastle

Montpellier battu à Newcastle - AFP

Montpellier est tombé à la dernière seconde, ce dimanche en Champions Cup, sur la pelouse de Newcastle (23-20).

Cruel... Montpellier s'est incliné sur le fil à Newcastle (23-20), au bout de neuf minutes de temps additionnel sur une séquence de 35 temps de jeu et en supériorité numérique, manquant une belle occasion de prendre la tête de la poule 2 lors de la 2e journée de Champions Cup. Le MHR, qui doit se contenter du point de bonus défensif, pointe en troisième position (5 points), à trois longueurs des Anglais et une d'Édimbourg (Toulon ferme la marche avec 1 pt). 

Si une deuxième qualification en quarts de finale dans leur histoire (après 2013) n'est pas compromise, les Héraultais repartiront avec une foultitude de regrets de leur voyage chez les "Falcons". Lesquels avaient certes créé l'exploit à Toulon en ouverture (26-25), mais pointent à la dernière place du championnat d'Angleterre et retrouvent cette saison la reine des compétitions européennes après quatorze ans d'absence. 

Le vice-champion de France pourra ainsi se mordre les doigts de ne pas avoir maîtrisé la fin de match, alors qu'il avait renversé les Anglais à une dizaine de minutes de la fin. Par un essai de Paul Willemse à la conclusion d'un groupe-pénétrant (68e, 17-16), venu d'une pénaltouche après une nouvelle pénalité récoltée en mêlée fermée, puis une pénalité de Ruan Pienaar (72e, 20-16). 

Première période complètement ratée 

Mais les Héraultais, alors qu'ils jouaient dans le camp adverse, se sont mis à la faute, permettant à Newcastle de revenir les menacer. Pour au final l'essai de la gagne inscrit par Callum Chick, entré peu de temps auparavant, en force au pied des poteaux après une interminable séquence de pilonnage, alors qu'ils jouaient à quatorze ! Montpellier pourra également regretter sa première période complètement ratée, à l'issue de laquelle il était mené 16 à 6. 

En ayant commis de grossières erreurs d'entrée qui ont lancé les Anglais (10 à 0 au bout de cinq minutes): un en-avant volontaire de Louis Picamoles (2e) synonyme de pénalité, avant une succession de plaquages manqués et un mauvais placement défensif pour le premier essai anglais (5e). L'équipe de Vern Cotter, brouillonne et indisciplinée, a seulement surnagé grâce à sa mêlée fermée avant le repos, qui a offert à Pienaar deux pénalités (11e et 16e). Elle a donc rectifié le tir après le repos, mais pendant quarante minutes seulement.

la rédaction avec l'AFP