RMC Sport

H Cup : Direction les quarts pour Toulon et Clermont

-

- - -

Vainqueurs chez les Harlequins (16-13) et face aux Cardiff Blues (43-20) ce samedi, Clermont et Toulon ont obtenu leur qualification officielle pour les quarts de finale de la H Cup.

Succès de prestige et qualif' pour Clermont

Très attendu à quelques semaines du Crunch, le choc anglo-français disputé à Londres entre les Harlequins et Clermont a tenu ses promesses avec un match engagé, acharné et qui aura su ménager son suspense. Au bout des 80 minutes, une victoire 16-13 qui assure à l’ASM la première place de la poule 4 de la H Cup et la qualification pour les quarts de finale. Les Auvergnats auraient pourtant pu s’éviter quelques suées avec un peu plus de réussite. Après avoir ouvert le score sur une pénalité de James (3-0, 3e), les protégés de Vern Cotter enchaînaient les temps forts et passaient tout près de l’essai par deux fois. Mais les fautes de main de Nalaga (15e) puis Lee (16e) à la réception les empêchaient d’aller aplatir.

La suite de la première mi-temps allait plutôt voir l’ASM subir. La charnière londonienne dirige les débats avec maîtrise et cette mainmise finit par payer sur un superbe essai signé Hopper suite à une merveille de chistera de Care (7-3, 23e). Deux pénalités de Evans enfonçaient le clou et les Harlequins rentraient aux vestiaires avec dix longueurs d’avance (13-3). Mais la défense clermontoise allait se durcir en seconde période. Et les Anglais – qui subiront le coup dur de la sortie sur blessure de care à la 50e – ne marqueront plus un point.

En face, Nalaga surprend un défenseur londonien à la réception d’un ballon au pied (13-8, 46e) et Sivivatu va marquer en coin suite à un bel enchaînement (13-13, 73e) pour deux essais qui font monter la pression. Une pénalité de James permettra de passer définitivement devant (16-13, 77e). La dernière poussée anglaise ne donnera rien. Victoire et qualification pour les Auvergnats. Qui auraient pu moins souffrir mais ne feront pas la fine bouche à l'heure du bilan comptable.

Toulon se remet en ordre de marche

Avec deux défaites de rang en Top 14 et une semaine de préparation surtout marquée par la polémique médiatico-sportive mêlant Mourad Boudjellal, Bernard Laporte et l’arbitre français Laurent Cardona, Toulon se retrouvait forcément sous pression à l’heure d’accueillir les Cardiff Blues pour le compte de la cinquième journée de H Cup. D’autant qu’une qualification pour les quarts de finale pouvait se trouver au bout des 80 minutes. ET le RCT n’a pas tremblé. Un succès large et serein (43-20), avec bonus offensif, obtenu derrière la réussite au pied du métronome Wilkinson (cinq pénalités réussies) en première période et une furia de tous les diables (en supériorité numérique) dans les dix premières minutes de la seconde. De quoi permettre aux joueurs de Bernard Laporte de rejoindre Clermont en se qualifiant eux aussi pour les quarts de finale avant la dernière journée.

Le match ? En trois temps. Un premier peu maîtrisé de part et d’autre où les deux buteurs s’échangeaient coup pour coup. Deux pénalités de Wilkinson entamaient les débats (6-0, 8e), vite compensée par deux de Halfpenny (6-6, 26e). Après son seul raté de la rencontre, l’Anglais du RCT en remettait une double couche au pied (12-6, 32e). Un essai de Paulo transformé par Halpenny (13-12, 34e) permettait aux Blues de mener pour la première – et dernière – fois de la rencontre. Mais Wilko avait le dernier mot avant le retour aux vestiaires (15-13, 39e).

Le deuxième temps va s’apparenter à un raz-de-marée varois. En dix minutes, au début de la seconde période, Toulon pousse Cardiff à multiplier les fautes et à se retrouver en infériorité numérique à 14 puis 13 contre 15 suite aux cartons jaunes de Bourrust et Jenkins. Résultat ? Deux essais de pénalité et un autre signé Smith pour enfoncer le clou (36-13, 49e). Le troisième temps sera plus calme et verra les deux équipes multiplier les temps de jeu en manquant d’efficacité. Hobbs réduisait l’écart pour les Blues en allant à l’essai (36-20, 71e) mais une nouvelle série de fautes galloises obligera l’arbitre à un troisième essai de pénalité synonyme de bonus offensif pour le RCT (43-20, 80e). Qualifié pour les quarts, Toulon a retrouvé le goût de la victoire et oublié un temps les polémiques. C’est toujours ça de pris.

A lire aussi :

>> Comment Cardona répond à Laporte

>> Simon : "Laporte a mille fois tort"

>> Laporte : "Cet arbitre est un incompétent complet"

Le titre de l'encadré ici

|||Laporte en remet une couche !

Extrêmement critique envers Laurent Cardona, l’arbitre de Toulon-Grenoble (21-22) le week-end dernier, Bernard Laporte n’a toujours pas digéré. L’entraîneur du RCT, qui ne s’est d’abord pas présenté en conférence de presse après la victoire ce samedi en H Cup contre Cardiff (43-20), a ensuite accordé quelques minutes aux journalistes. Et en a remis, de son plein gré, une 2e couche au sujet de l’arbitre français. « Comme je disais, je ne veux pas que mes émotions soient gérées par des mecs qui… C’est un sentiment d’impuissance terrible, lance-t-il. Quand ton équipe perd, tu sais que le lundi tu vas aller t’entraîner, tu vas faire de la vidéo, tu te sens utile quoi ! Face à cet incompétent tu te dis : "Mais cela va être tout le temps comme ça?"  Je vois qu’il n’y a que Guy (Novès, ndlr) et moi qui parlons. C’est comme l’affaire Dieudonné, si personne ne parle… Moi je suis le Français moyen et Manuel Valls a raison de dire stop au bout d’un moment. Même si ce n’est pas son rôle. S’il n’y en a pas un qui stop, alors on ne dit rien. Cela va finir et il y aura une guerre civile. Au bout d’un moment, il faut dire les choses. »

« Je suis rentré chez moi, j’étais écœuré, mais tu ne peux pas t’imaginer à quel point. Comme rarement dans ma vie certainement ! Mais pas écœuré simplement du match mais parce que je me dis qu’on n’arrivera pas à faire changer les choses, que ce sera toujours pareil. Je serai toujours tributaire d’une bille, d’une pipe, d’un incompétent et un coup c’est moi, un coup c’est Guy, un coup c’est un autre. Ce qui est marrant, c’est que quand je suis monté au flambeau (sic), Guy a enchaîné en disant : "Oui, il y en a marre". Il y en a marre. Ce ne sont pas des facilitateurs de jeu, ce sont des dictateurs, ce sont des mecs qui veulent décider. Ils n’ont rien compris au film. Ce n’est pas ça un arbitre. Il attaque Vincent (Moscato). Il se prend pour qui le mec? Respecte les gens ! Au moins de l’éducation, au moins ça ! Enfin ce n’est pas mon problème. Maintenant, il veut être mon ami, il m’envoie des textos, mais il peut se les carrer dans le c… les textos ! »  

La rédaction