RMC Sport

H Cup : le rugby se lève à l’ouest

La Beaujoire a déjà reçu des matchs de rugby, à l'image de l'équipe de France en 2010

La Beaujoire a déjà reçu des matchs de rugby, à l'image de l'équipe de France en 2010 - -

Pour la 5e journée de H Cup, le Racing a fait le pari de recevoir les Saracens à Nantes, ce samedi (16h40). Une délocalisation dans une région qui n’est pas encore réputée pour son amour du rugby. Mais qui ne demande qu’à l’être.

Vendredi matin, quai numéro 2 de la gare Montparnasse, à Paris. Les joueurs du Racing s’entassent tranquillement dans le TGV de 11h17 en direction de Nantes. Car pour la 5e journée de H Cup et le match à domicile face aux Anglais des Saracens, le club des Hauts-de-Seine a décidé de jouer loin de ses bases habituelles de Colombes. Une première délocalisation vers l’Ouest de la France, où le Stade de la Beaujoire accueillera le choc de cette poule 1. Et une occasion rêvée pour toute la région nantaise de prouver que l’amour de l’ovalie y existe, aussi.

Une réelle conviction pour Olivier Chesnau, le président de l’école de rugby du Stade Nantais. Pour lui, pas de doute, la passion du rugby est bien présente en Loire-Atlantique. « Il y a un engouement avec ce qu’il se passe, avec le match du Racing face aux Saracens, explique-t-il. Ça fait bouger la ville, les enfants ont envie d’aller voir le match, les parents aussi. Il y a un engouement vraiment énorme. » Un engouement tellement important que près de 100 enfants de l’école de rugby du Stade Nantais, qui en compte 250, feront le déplacement dans le stade habituel du FC Nantes.

Une région d’avenir pour le rugby

Seulement, si la région des Pays de Loire a une histoire avec le rugby (le Stade Nantais a inscrit son nom sur le bouclier de Brennus en 1917) elle doit surtout faire avec un présent délicat. Pour Bertrand Fourcade, l’ancien entraîneur de Tarbes, ex-sélectionneur de l’équipe d’Italie et aujourd’hui bénévole à l’école de rugby de Nantes, il faut qu’un fort point d’intérêt naisse. « Il nous manque dans cette région une figure de proue et permettre à tous ces gamins de s’exprimer dans la région, constate-t-il. Et cette région a besoin de vite, vite avoir un club de haut niveau. Nantes a les possibilités d’avoir une équipe de haut niveau. »

Motif d’espoir pour l’Ouest de la France: Nantes devrait rapidement trouver sa place sur la carte du rugby hexagonale. La Beaujoire doit en effet recevoir les demi-finales du Top 14 (le vendredi 24 mai, 21h et le samedi 25 mai, 16h30) et la ville s’apprête à accueillir la Coupe du monde des moins de 20ans en juin prochain. Un Racing-Saracens qui pourrait donc servir, aujourd’hui, de répétition générale pour les Nantais, capables eux aussi de vibrer pour le ballon ovale.