RMC Sport

H Cup : Toulouse, la peur du vide

Luke McAlister

Luke McAlister - -

En ballotage pour se qualifier pour les quarts de finale de la H Cup, Toulouse ne devra pas perdre sur la pelouse de Leicester ce dimanche (16h). Attention au coup de bambou…

Welford Road pourrait bien être le théâtre de tous les cauchemars pour Toulouse. Un déplacement en terre hostile pour les doubles champions de France en titre, qui doivent se frotter ce dimanche (16h) à Leicester et ses 24 000 supporters venus remplir en masse l’antre des Anglais. « C’est une ambiance très particulière, les joueurs sont très proche du terrain, explique Clément Poitrenaud. Il y a une espèce de bruit de fond, de bruit permanent. Ça chante, ça chambre pas mal, ça réagit. Ça peut vite devenir l’enfer. »

Gagner, faire match nul ou mourir. Voilà le résumé de la situation du Stade Toulousain. En tête de cette poule 2, Toulouse a deux points d'avance sur les Anglais. Une victoire ou un nul suffit pour la qualification. « C’est un match à élimination directe, même si on est à la 6e journée de la H Cup, continue Yannick Nyanga. On est en phase finale parce que si on perd, on passe à la trappe. » Et peu importe la manière, pour Clément Poitrenaud : « Il va faire -3°C. On prévoit de la neige, le terrain va être très gras. On s’attend plus à un rugby de tranchées qu’à un rugby champagne ».

Une invincibilité qui fait peur

Il ne faudra pas trop calculer face à une équipe qui n'a plus perdu chez elle en Coupe d'Europe depuis le 22 octobre 2006 face au Munster (19-21). Soit 21 matchs de rang d'invincibilité pour seulement trois clubs français qui ont réussi l'exploit de s'imposer à Leicester : Toulouse (22-23 en 1997, puis en demi-finale mais dans le stade de football en 2005, 19-27), le Stade Français (13-26, 2004) et Biarritz (17-21, 2005). Et cette année, seuls les Harlequins ont gagné sur ces terres (9-22).

Attention également à ces dernières journées qui ne sourient pas forcément aux hommes de Guy Novès. Une défaite à Gloucester l’année dernière (34-24), un revers aux Wasps (21-16) la saison précédente pour deux qualifications malgré tout. Il faut finalement remonter à janvier 2010 pour trouver trace d'une victoire à Sale (19-13) lors d'une dernière journée de phase régulière. Cette année-là, Toulouse avait été champion d’Europe. Un scenario à faire rêver les supporters du Stade.

Le titre de l'encadré ici

La composition du Stade Toulousain|||

Steenkamp, Tolofua, Johnston – Maestri, Albacete – Lamboley, Picamoles, Dusautoir – (m) Doussain, (o) Beauxis – Huget, McAlister, Fritz, Clerc - Poitrenaud

WT, PTa