RMC Sport

H Cup : Toulouse n’a pas le droit à l’erreur

Face aux Ospreys, les Toulousains avaient bafouillé leur rugby

Face aux Ospreys, les Toulousains avaient bafouillé leur rugby - -

En perdant chez Ospreys lors de la 4e journée (6-17), Toulouse s’est compliqué la vie dans cette H Cup et n’a désormais plus d’autre choix que se reprendre à domicile face à Trévise ce dimanche (16h).

« Qui nous voyait champion de France l'hiver dernier ? » En une petite phrase, Grégory Lamboley, le deuxième ligne toulousain, résume parfaitement la situation de son club et ne laisse aucune place à la polémique. C’est vrai, Toulouse n’est pas au mieux ces derniers temps. Mais non, il n’y a pas lieu de s’alarmer. Les deux récents succès à l’extérieur, à Castres (18-16) et Mont-de-Marsan (16-12), ayant été un peu trop poussifs pour faire oublier les deux défaites de rang face aux Ospreys (6-17) puis Grenoble (12-15), la réception de Trévise intervient (16h) à point nommé pour confirmer l’embellie et accessoirement se relancer dans la course aux quarts de finale de la H Cup.

Toulouse est actuellement 2e de la poule 2, à un point de Leicester. La qualification devrait se jouer en Angleterre dimanche prochain, à condition de disposer des Italiens, à Ernest-Wallon. Un point de bonus offensif ferait d’ailleurs le plus grand bien, au classement et dans les têtes, avant ce « huitième de finale » à quitte ou double. Mais si le jeu des Rouge et Noir est un peu grippé, dans les rangs haut-garonnais, l’heure n’est pas à l’affolement. « Il y a un petit grain de sable sur des transmissions, sur des placements, mais il n’y a rien d’alarmant, estime Yoann Huget. C’est juste un déclic que tout le monde attend et tout le monde travaille pour retrouver cet élan qui nous amène à nous faire des passes et retrouver ce jeu que tout le monde prend plaisir à voir. »

Servat : « Une grande marge de progression »

Pas épargné par les blessures ces dernières semaines (Beauxis, Dusautoir, McAlister, Tolofua, Burgess), le Stade Toulousain, à l’image de William Servat, qui a dû retirer son costume d’entraîneur pour dépanner (avec brio) sur le terrain, sait faire le dos rond en attendant des jours meilleurs. « Je crois que toutes les saisons, on en passe par là, explique-t-il. Il y a toujours des moments faibles, j’espère que celui-là sera court. Mais on a quand même pu avoir deux victoires d’affilée sur des matches à l’extérieur. On a une marge de progression encore grande et on espère que ces premiers pas engendreront de belles courses. »

Face à Trévise, Dusautoir, David, Médard et Bouilhou sont laissés au repos. Guy Novès a choisi de faire confiance à la charnière Jauzion-Fritz, trois fois associés cette saison (défaite à Perpignan, victoires à Bordeaux et Castres) pour sortir du piège italien. Car si cette équipe n’a pris qu’un point lors des quatre premières journées, elle a posé de vrais problèmes à chacun de ses adversaires et les Toulousains avaient eu toutes les peines du monde à s’imposer sur la pelouse des Vénitiens (33-21). Après avoir grillé un joker face aux Ospreys, ils n’auront cette fois pas le droit à l’erreur pour espérer entrevoir les quarts de finale.

Alexis Toledano, avec Wilfried Templier