RMC Sport

Jauzion : « On doit ramener le Bouclier au Capitole »

-

- - -

Certainement le meilleur toulousain de la finale perdue samedi contre le Munster (16-13), Yannick Jauzion n’imagine pas le club terminer la saison sans trophée.

Comment s’est passée la réception à Toulouse par les supporteurs ?
On est venu remercier le public qui s’est déplacé et ceux qui ont regardé le match devant leur écran. Mais c’est sûr que le cœur n’y est pas complètement, parce qu’on a énormément de regrets. La saison n’est pas finie, on a encore la possibilité de ramener quelque chose, et ce sera la meilleure façon de remercier le public.

Qu’est-ce qui s’est dit après le match ?
On s’est dit que les joueurs du Munster avaient eu le mérite de mener au score et de maitriser plus de ballons que nous. On a eu des occasions que l’on n’a pas mises au fond, une action sur la ligne, sur quelques coups de pied. Mais, dans ce genre de match, ça suffit pour faire la différence.
Après coup, ce match était-il à votre portée ?
On avait la capacité, le jeu pour gagner, mais ces occasions manquées mélangées à un peu d’indiscipline nous ont coûté le match. C’est râlant parce que ça s’est joué à pas grand-chose.

Comment avez-vous ressenti l’arbitrage sur les phases de pick and go du Munster, qui ont pourri la fin de la rencontre ?
A partir du moment où les joueurs du Munster étaient devant au score, ils ont voulu être plus conservateurs. Pour nous, c’était impossible à défendre, parce qu’on ne voyait plus le ballon. On ne pouvait pas se mettre à la faute à quelques minutes de la fin, on risquait un carton jaune. C’était déplorable pour la qualité du jeu et pour la physionomie du match. S’ils avaient joué autrement par obligation, on aurait peut-être eu plus de possibilités. Mais peut-on changer ça ? Je n’en suis pas sûr, parce que le Munster ne faisait pas de fautes, il jouait avec la règle.

Les joueurs du Stade Toulousain ont-ils la tête au championnat ?
On a évoqué le championnat. Il faut absolument que l’on ramène quelque chose. Il ne reste plus que le Bouclier. On va se reconcentrer, se regénérer, et être prêt d’ici à 3 semaines (les demi-finales ont lieu les 20 et 21 juin ; la finale le 28).

La rédaction-Intégrale Sport (Y. Lavoix)