RMC Sport

Le cauchemar de Castres

Marc Andreu

Marc Andreu - -

Un drop de Ronan O’Gara à l’ultime seconde a crucifié le CO et ses espoirs de quart de finale (24-27) ce samedi. Face au Munster, les courageux Tarnais ont offert un superbe thriller sur la pelouse du Stadium de Toulouse.

Passer du rêve à la triste réalité en un éclair, voilà ce qu’ont vécu les Castrais ce samedi à Toulouse, où ils s’exilaient pour la première fois de leur histoire. Une première parfaitement réussie, à un drop et une poignée de secondes près. A l’issue de 80 minutes héroïques face au double champion d’Europe irlandais, le CO subit un dernier assaut. L’armée rouge avance, jusqu’à mettre Ronan O’Gara en position face aux poteaux. Exactement comme la semaine dernière face à Northampton (23-21), l’ouvreur du Munster vise juste, le nerf solide. Il qualifie presque les siens tout en éliminant les Tarnais.

Un terrible bilan pour Laurent Labit, entraîneur évidemment miné par le résultat, mais aussi satisfait de l’investissement de ses joueurs : « Ils étaient très déçus mais on leur a dit qu'avec ce comportement là en Top 14, nous gagnerons des matches. » C’est par la grave blessure au genou de Marc Andreu (2e) qu’a débuté l’après-midi. Fracture de la malléole, au moins deux mois d’absence pour l’ailier de poche. Personne ne pouvait y voir alors un mauvais présage, surtout après l’entame convaincante de ses partenaires, validée par la percée de Brice Mach pour le premier essai castrais (11-0, 11e).

Labit : « On ne croit plus au Père Noël »

Vent dans le dos, le rêve se poursuit avec un second essai de Pierre-Gilles Lakafia, qui laissera les siens devant jusqu’à un quart d’heure de la fin. Mais après Howlett et O’Mahony, c’est au tour de Chambers d’aplatir après un contre sur Delos. Le Munster, pour la première fois devant au score, est rejoint grâce à l’efficacité de Pierre Bernard au pied (24-24, 71e). Face à la précision diabolique de O’Gara, la belle résistance sera vaine. « Lui, ce n’est pas le genre à passer à côté de ces occasions-là », sourit -jaune- le 3e ligne Yannick Caballero. Virtuellement éliminés de la compétition, les Castrais ne voudront pas pour autant brader leurs quatre derniers matches. « On ne croit plus au Père Noël depuis longtemps et se qualifier dans cette poule aurait été un exploit, rappelle Laurent Labit. Mais c'est pour gagner de l'expérience que nous participons à cette compétition. On espère que cela nous sera profitable pour la suite du Top 14 qui reste le principal objectif du club. » C’est en effet grâce au Top 14 que l’on peut ensuite goûter à ce genre d’affiche face aux plus grands d’Europe.