RMC Sport

Le champion au tapis

-

- - -

Tenant du titre, le Stade Toulousain est tombé samedi en demi-finale de la H-Cup à Dublin contre le Leinster (32-23). Les hommes de Guy Novès ne pourront défendre leur titre à Cardiff le 21 mai.

Il a souvent été question de détails dans les couloirs de l’Aviva Stadium. Ces petits détails qui font la différence dans des rencontres de très haut niveau à très forte intensité. Ces détails qui condamnent le Stade Toulousain, pourtant particulièrement expérimenté avec cette dixième participation en demi-finale de la H-Cup. « Dans le détail, notamment au sol et dans les rucks, nous avons fait preuve de faiblesse », souligne Guy Novès. Trop souvent pénalisés, les hommes du manageur toulousain ont offert six pénalités à l’impeccable Jonathan Sexton (11e, 15e, 40e+2, 49e, 55e et 80e). Et quand on sait que le Leinster possède une des meilleures lignes de trois-quarts d’Europe, on imagine à quel point la tâche des Toulousains s’avère compliquée.

Ce sont pourtant eux qui débutent la rencontre de la meilleure des manières avec l’essai de Florian Fritz dès la 5e minute au terme d’une très belle entame de match. Un début de rencontre que craignait particulièrement Joe Schmidt, l’entraîneur des Irlandais et ancien adjoint de Vern Cotter à Clermont. Ses hommes réagissent parfaitement par James Heaslip (30e), puis par Brian O’Driscoll (59e) après l’essai de Louis Picamoles (44e). Après cet essai du centre irlandais, Toulouse ne passera plus devant. Même si les Irlandais resteront longtemps à portée de tir. « Il y avait la place. En tout cas, nous y avons cru jusqu’au bout », pestait d’ailleurs l’impeccable Jean-Marc Doussain, le demi de mêlée de 21 ans.

Et maintenant le Top 14

Dans un Aviva Stadium où 55 000 personnes avaient pris place pour un record dans l’enceinte de Dublin, les 1 500 Toulousains pouvaient être fiers de leur équipe. Même s’ils ont trop souvent été pénalisés, ils n’ont jamais baissé les bras. « C’est plus de la déception, glisse Jean-Baptiste Elissalde, entraîneur des arrières. Mais il y aussi de la fierté. Les joueurs ont montré de la ressource et ont effectué une bonne partie. Le contenu reste plus positif que négatif. » Le Leinster n'avait gagné qu'une demi-finale sur les cinq qu'il a eues à jouer. C'était face au Munster en 2009. Pour le reste, il a perdu contre Cardiff (96), contre Perpignan (2003), contre le Munster (2006) et à Toulouse l'année dernière. Le voilà qui prend une très belle revanche.

Pour Toulouse, qui s’incline en demi-finale pour la première fois en six confrontations depuis 2000 et un revers contre le Munster, place maintenant au Top 14. « C’est un exploit de se qualifier pour une demi-finale de Coupe d’Europe et de faire la même chose en championnat, continue Elissalde. C’est une chute de bicyclette mais on va remonter dessus. Je suis très motivé pour aider les joueurs. » Déjà assuré d’échapper aux barrages, ses hommes ont maintenant trois semaines devant eux avant de se projeter sur la suite de la compétition et une demi-finale le 28 mai. Ils pourront alors penser à un Bouclier de Brennus qu’ils n’ont plus soulevé depuis 2008.

P.Ta. avec L.D. et W.T. à Dublin