RMC Sport

Wilkinson : « Mon rôle n’est pas important »

-

- - -

Auteur des 24 points de son équipe, Jonny Wilkinson a illuminé la victoire toulonnaise face aux Saracens (24-12), dimanche en demi-finale de H-Cup. L’ouvreur anglais s’obstine à mettre le collectif en avant et s’agace même des compliments suscités par sa prestation.

Jonny, pour la première de son histoire, Toulon est en finale de H Cup grâce à vos 24 points…

J’espérais qu’on allait gagner, que ça allait être une bonne journée pour tout le monde et qu’on allait avoir l’occasion de jouer la finale. Mon rôle dans l’équipe n’est pas important. J’essaie juste d’aider les autres à côté de moi pour que l’on puisse gagner, c’est tout.

Ce retour à Twickenham sous les couleurs Toulon revêtait-il une dimension particulière pour vous ?

Venir ici, et gagner avec Toulon, c’est un souvenir que je vais garder longtemps. Il y avait de la pression, je voulais faire un bon match. Ici à Twickenham, c’est très important. Gagner une réputation dans le sport, ça prend beaucoup de temps. La perdre, ça prend un match. On a essayé de gagner d’une façon positive, et ça a été le cas.

« Faire ça à Twickenham, c’est un super plaisir »

D’un point de vue plus personnel, comment analysez-vous votre performance individuelle ?

C’est un moment spécial, d’être entouré de tous ces joueurs. C’est un vrai privilège de revenir ici, d’être capitaine. De faire ça à Twickenham, c’est un super plaisir. Je commence à détester les choses positives que les gens disent par rapport à moi. Ce sont mes coéquipiers quoi font le travail dans le rucks, dans les touches, qui défendent partout.

Que s’est-il passé au moment de taper votre fameux drop à la 80e minute ?

J’ai vu sur le tableau que l’on menait de 9 points, j’ai vraiment voulu que ça passe à 12. Tillous-Borde (le demi de mêlée du RCT) m’a donné le ballon, j’ai constaté très vite que Farrell m’avait vu, il savait ce que j’allais faire. J’ai dû me tourner vers la gauche, avec peu d’espace. Quand j’ai tapé, il m’a plaqué très fort. J’ai mis une frappe assez forte pour passer le ballon entre les poteaux. C’était un bon moment, mais quand je suis tombé, je ne savais pas si allait passer. Il y a eu un peu de chance aussi, c’est sûr et je me suis excusé. Il a très bien joué, il n’a pas mérité ça, mais pour nous c’était un très bon moment. On a pu souffler. J’ai dit à Farrell que c’était de la chance, que j’étais désolé. Je ne l’avais peut-être pas mérité.

- Boudjellal : « Wilkinson, c’est les Rolling Stones »
- « Wilko » rapproche Toulon du paradis
- Tous fans de Wilkinson