RMC Sport

De Villiers défie les Bleus

Peter De Villiers

Peter De Villiers - -

En critiquant le niveau de jeu des championnats européens, le sélectionneur des Springboks a lancé le test-match entre les Bleus et l’Afrique du Sud samedi au Cap (14h).

Peter De Villiers n’est pas tendre avec ses joueurs. Surtout quand ces derniers évoluent en Europe. Pour affronter les Bleus samedi au Cap (14h) à l’occasion de son deuxième test match après la victoire face au Pays de Galles samedi (34-31), le sélectionneur des Springboks a décidé de ne pas retenir le troisième ligne toulonnais Joe Van Niekerk, ni l’arrière du Racing-Métro François Steyn. Explications de « PDV » il y a quelques jours : « Lorsque François Steyn jouait en Afrique du Sud, c’était le meilleur arrière du monde. Ce n’est plus le cas. Je suis très inquiet au sujet de « Frans » parce que le niveau de jeu là-bas est très faible. »

Championne du monde en titre et vainqueur du dernier Tri Nations, l’Afrique du Sud et son sélectionneur fanfaronnent. Problème : Le Top 14 attire de plus en plus de Springboks. Le message de Peter De Villiers serait-il à double sens ? « Il n’est pas destiné à faire peur à des joueurs en fin de carrière comme Joe Van Nierkek, mais à faire peur aux jeunes à fort potentiel qui pourraient quitter l’Afrique du Sud après la Coupe du monde 2011, explique Philippe Saint-André, le président délégué du RCT. C’est une stratégie politique. De plus en plus de Springboks viennent en France. En Afrique du Sud, on a peur qu’un avion plein de Sud-africains débarque en Europe en 2011 après la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. En agissant ainsi, le sélectionneur veut faire comprendre à ses joueurs qu’il faut jouer en Afrique du Sud pour avoir une chance de disputer la Coupe du monde. Ce n est que de l’anticipation. »

Ntamak : « Malgré nos joueurs « pas bons », on est capable de rivaliser »

Alors que les Springboks défient les Bleus samedi au Cap, les déclarations de Peter De Villiers sont évidement retombées dans les oreilles du staff tricolore. Par la voix d’Emile Ntamak, le camp français a néanmoins refusé d’alimenter la polémique. « Le Super 14 est supérieur au Top 14 ? Au vu des images, cela semble évident, a ironisé l’entraîneur des trois-quarts français. L’idéal serait de donner la réponse sur le terrain… Malgré notre championnat et nos joueurs « pas bons », on est capable de rivaliser. »

Face aux champions du monde en titre, les joueurs de Marc Lièvremont font même mieux que rivaliser. Depuis cinq ans, les Bleus ont rencontré cinq fois l’Afrique du Sud pour un bilan de trois victoires, dont une au Cap (26-36 en 2006), un match nul et une défaite. Une statistique qui démontre que les Tricolores ne font plus aucun complexe face aux équipes de l’hémisphère sud. N’en déplaise à Peter De Villiers…

AB